Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Dunkerque

(Etats-Unis / Royaume Uni / France / Pays Bas, 2017, 1h46)

Réalisation : Christopher Nolan - Scénario : Christopher Nolan - Image : Hoyte van Hoytema - Montage : Lee Smith - Musique : Hans Zimmer - Distribution France : Warner Bros
Interprétation : Mark Rylance (Mr. Dawson), Damien Bonnard (soldat français ; vu dans Rester vertical), Tom Hardy (Farrier ; vu dans Le revenant)
Auteur :

Christopher Nolan s'affirme film après film comme l'un des tout grands de sa génération. Ce Britannique né en 1970 filme depuis son enfance, et accompagna ses études littéraires de travaux à l'UCL Film Society. Son second métrage était déjà l'étonnant Memento (2000). La franchise Batman (Batman Begins, 2005 ; Le Chevalier noir, 2008 et 2012) lui donna accès aux gros budgets, mais tous ses titres furent des succès de critique et/ou de public : Le prestige (2006), Inception (2010), Interstellar (2014), dans des registres souvent renouvelés.

Résumé :

1940. En trois semaines de guerre, le corps expéditionnaire britannique et d'importantes troupes françaises, sévèrement battus en Belgique par l'armée allemande, se replient en direction de la côte et sont assiégés à Dunkerque, dos à la mer. Tandis que les Français tentent de contenir l'avancée allemande, l'évacuation des troupes vers l'Angleterre est décidée : plus facile à dire qu'à faire...

Analyse :



Ce film à sujet historique, où tant est à découvrir pour beaucoup d'entre nous, invite irrésistiblement à aller s'informer sur les faits et le contexte, afin de ne pas s'en remettre aveuglément, sans contre-expertise, au récit cinématographique. C'est devenu facile avec Internet, à condition de croiser et recouper ce qu'on y trouve ! Dans le cas présent, il vaut de noter que sur les quelque 340 000 soldats évacués, 200 000 furent Anglais (ou Canadiens) et 140 000 Français (ou Belges) ; la priorité fit que les Français attendirent le 4° jour pour pouvoir embarquer. Par ailleurs, le mauvais temps cloua au sol l'aviation allemande la plupart du temps et a grandement facilité l'opération, car Hitler avait choisi sa force aérienne plutôt que terrestre pour anéantir les troupes piégées.

Le film est superbe, fait du basculement alterné entre les images des innombrables troupes en attente sur les plages, celles des scènes chaotiques d'embarquement, celles des combats aériens, et le spectacle de la flottille — marine militaire et émouvants bateaux civils venus à la rescousse — sur fond de mer turquoise ou noire et des flammes et fumées des attaques­. Le thème du piège, de l'enfermement, est omniprésent bien sûr, tant à la grande échelle - tenailles de l'armée allemande qui se resserrent - qu'à la petite - hommes entassés dans une coque aveugle que percent les tirs ennemis, rescapés terrifiés à la perspective de quitter l'air libre... L'impuissance domine, au point que l'on est surpris à la fin d'apprendre que la plus grande partie des troupes a pu être évacuée.

Beau film, sans emphase inutile, rythmé par une savante musique. Les acteurs très peu connus (sauf une poignée, dont Mark Rylance, Le bon gros géant, Le pont des espions) concentrent l'attention sur le fond, et l'on sait gré à Nolan d'avoir notamment mis en valeur un remarquable épisode de courage soutenu : la traversée, vers l'ennemi écrasant, de toutes ces embarcations vulnérables allées secourir leurs soldats en péril.

 

Jacques Vercueil