Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Fatima

(France/Québec - 2015 - 79 minutes)

Réalisation : Faucon Philippe - Scénario : Philippe Faucon, d’après Prière à la lune de Fatima Elayouidi - Images : Laurent Fenart - Montage : Sophie Mandonnet - Musique : Robert Lepage - Production : Istiqlal films..
Interprétation : Soria Zeroual (Fatima), Zita Hanrot (Nesrine), Kenza-Noah Aiche (Souad)
Auteur :

Philippe Faucon est né à Oujda (Maroc) en 1958. Il commence dans le cinéma comme régisseur avec Leo Carax, Louis Allio et Jacques Demy. Parmi sa filmographie nous pouvons noter : Muriel fait le désespoir de ses parents (1995), Samia (2000), La désintégration (2011).

Résumé :

Fatima, marocaine, vit seule dans la banlieue Lyonnaise avec ses deux filles Souad et Nesrine. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, elle travaille comme femme de ménage. Un jour, elle se casse le bras et, en arrêt maladie, elle commence à écrire en arabe ce qu’il n’a pas été possible de dire en français, qu’elle parle à peine.

Analyse :



Dès la première scène, le réalisateur expose un des grands problèmes de Fatima, l’intégration : on la voit, coiffée de son foulard, attendre avec sa fille pour visiter un appartement à louer. La propriétaire arrive et à la vue de cette femme voilée, déclare qu’elles ne peuvent pas visiter l’appartement car elle aurait oublié les clés ! Philippe Faucon manifestement connaît bien ce milieu de l’émigration marocaine et le traite avec empathie et respect. Il ne tombe pas dans le style documentaire de télévision comme « Envoyé spécial » ou « Cash investigation » qui, malheureusement, ont été pris comme modèles dans La loi du marché ou, dans une moindre mesure dans Dheepan, films primés à Cannes. Là, nous avons une œuvre toute en nuances avec une caméra précise mais jamais excentrique et Philippe Faucon ne réalise pas un film à thèse mais simplement il raconte une histoire actuelle d’une femme qui se bat pour assurer l’avenir de ses enfants. Le racisme, même si il est toujours présent, n’est pas le sujet principal du film. Les rapports mère-filles sont au centre de notre intérêt. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles qui, elles, sont bien intégrées. Toutes deux sont son moteur, sa fierté, son inquiétude aussi et nous vivons avec elles leurs échecs et leurs succès. Les trois femmes de cette histoire interprètent parfaitement leurs rôles mais ainsi que l’écrit le réalisateur, la recherche de l’actrice pour Fatima a été difficile. Il a finalement trouvé Soria Zeroual qui a vécu des situations semblables à celle de Fatima et qui a donné beaucoup d’elle-même pour faire vivre son personnage et qui le rend très convaincant. La dernière scène de ce beau film plein d’humanité vient en contre point de la première. On y voit Fatima seule, souriante, en train de vérifier que le nom de sa fille figure bien sur la liste des reçus à l’examen de médecine.

Jean Wilkowski