Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Fury

(USA – 2014 - 134 minutes)

Réalisation : Ayer David - Scénario : David Ayer - Photo : Roman Vasyanov - Montage : Dody Dom et Jay Cassidy - Musique : Steven Price – Production : David Ayer - Distribution : Sony pictures releasing
Interprétation : Bratt Pitt (Don Wardaddy), Shia LaBoeuf (Bibble), Logan Leman (Norman), Michael Pena (Gardo), Jon Bernthaln(Coon ass)
Auteur :

David Ayer est né en 1968. Il passe sa jeunesse dans un quartier défavorisé de Los Angeles puis s’engage dans l’armée comme sous marinier. Il commence sa carrière de réalisateur par trois films policiers de 2002 à 2012 puis en 2014, avec Schwarzenegger, il réalise Sabotage.

Résumé :

En avril 1945, alors que l’armée américaine est en Allemagne, l’équipage d’un char Sherman, baptisé Fury, se voit confier diverses missions particulièrement périlleuses.

Analyse :



Ce film se passe à une période que l’on a peu vue au cinéma : un mois avant la fin de la Deuxième guerre mondiale et la reddition des nazis, en Allemagne. Cela donne lieu à quelques scènes saisissantes où l’on voit l’enrôlement des enfants par les SS, des civils pendus pour leur refus de participer à l’effort de guerre ou des suicides de familles entières pour échapper à la honte de la défaite.

Mais c’est avant tout un film de guerre, l’affrontement du tank Sherman américain contre le Tigre allemand, plus puissant et mieux blindé. C’est dans ce domaine que le réalisateur se surpasse, avec des scènes brèves et un montage rapide et nerveux. Ayer réinvente, avec brio, le film de guerre de ses grands anciens, Robert Aldrich ou Samuel Fuller. Même si l’on ne comprend pas toujours la tactique guerrière, on est pris par la force du spectacle. Il y a aussi la confrontation entre le sergent rompu à la guerre (Don Wardaddy) et la jeune recrue (Norman) et l’évolution des rapports entre ces deux personnages est bien vue même si elle est assez conventionnelle. Citons l’ultraviolente scène de l’initiation du jeune que le sergent force à exécuter un nazi à bout portant.

Malheureusement, parfois, Daniel Ayer sort du cadre du film de guerre et rajoute un peu de guimauve hollywoodienne dans son récit. Le sergent et le jeune pénètrent dans un appartement où se trouvent deux femmes, une jeune fille et sa tante, et pendant que l’ancien se rase et se fait cuire une omelette, le jeune découvre l’amour dans la chambre avec la fille et lui promet de lui écrire plus tard. Mais pas question de faire du beau et viril Bratt Pitt un violeur ! La guerre reprend ses droits puisqu’une bombe allemande vient détruire la maison juste après ! Ne boudons pas notre plaisir…pour les amateurs de films de guerre uniquement !

Jean Wilkowski