Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Je vous souhaite d'être follement aimée

(France – 2015 – 1h 40)

Réalisation : Lecomte Ounie – Scénario : Ounie Lecomte et Agnès de Sacy – Images : Caroline Champetier – Montage : Tina Baz – Musique : Ibrahim Maalouf – Production : Gloria Films et Laurent Lavolé – Distribution : Diaphana
Interprétation : Céline Salette (Elisa) - Anne Benoit (Annette) – Elyes Aguis (Noé) – Françoise Lebrun (Renée) -Louis-Do de Lencquesaing (Alex)
Auteur :

Ounie Lecomte, née en Corée, est adoptée en France par une famille protestante à l'âge de 9 ans. Après son Bac elle s'installe à Paris où en 1989 elle entre au Studio Bercot, puis après un court passage en Corée, elle intègre le milieu du cinéma comme costumière, écrit des scripts, réalise un court métrage et rejoint l'Atelier de scénario de la FEMIS. Elle écrit et réalise son 1er long métrage, Une Vie Toute Neuve, sorti en France en 2010.

Résumé :

Elsa, née sous X, kinésithérapeute, s'installe avec son fils Noé à Dunkerque, sa ville natale, dans l'espoir de rencontrer sa mère biologique qui a refusé quelques mois auparavant, de dévoiler son identité. Mais elle ne renonce pas, elle veut comprendre... Le hasard va l'aider.

Analyse :



Dans son premier long métrage, « Une Vie Toute Neuve » tourné en Corée en 2009, Ounie Lecomte racontait l’histoire d’une fillette de 9 ans abandonnée définitivement par son père dans un orphelinat. C’est ce même thème de l’abandon qu’elle reprend ici, vécu cette fois par une jeune adulte à la recherche de sa génitrice. Leur rencontre intervient dès le début du film - mais à leur insu - par une relation strictement professionnelle kiné – patient où les contacts sensoriels-sensuels, leur permettent de se re-connaître au fil des consultations, dans l’intimité des soins, par le relâchement des corps et des esprits. Mais quand et comment se découvriront - elles vraiment ? C’est à la fin de ce processus et d’autres évènements bien sûr que nous l’apprendrons.

On est captivé par cette histoire originale qui nous tient en haleine jusqu’au bout. Avec 2 comédiennes magnifiques : Céline Salette entre douceur et rage contenue et Anne Benoit toute en retenue, qui nous font partager les souffrances, les interrogations, les attentes de leurs personnages. Il faut souligner aussi les images lumineuses de Caroline Champetier et la musique originale en ritournelle d’Ibrahim Maalouf.

Quant au titre du film, c’est la dernière phrase de la lettre qui clôt « L’Amour Fou » d’André Breton, adressée à sa fille.

Claude Bonnet