Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

La cour de Babel

(France – 2013 – 89 min.) Documentaire

Réalisation : Julie Bertuccelli - Photographie : Julie Bertuccelli – Montage : Josiane Zardoya – Musique : Olivier Daviaud – Son : Stephan Bauer, Benjamin Bober, Graciela Barrault, Greg Le Maître, Frédéric Dabo – Distribution : Pyramide Distribution
Interprétation :
Auteur :

Julie Bertuccelli est une réalisatrice française née le 12 février 1968 à Boulogne-Billancourt. Elle est la fille du réalisateur Jean-Louis Bertuccelli. Après une maîtrise de philosophie, elle s’initie à la réalisation de documentaires aux Ateliers Varan. Elle en réalisera d’abord pour la TV puis passe à la fiction avec Depuis qu’Otar est parti (2003), L’arbre (2010). Avec La cour de Babel elle revient au documentaire.

Résumé :

Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Tunisiens, Chinois ou Sénégalais... Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même classe d’accueil pour apprendre le français, au collège de la Grange-aux-Belles à Paris. Leur enseignante, Brigitte Cervoni, est le chef d’orchestre de ce processus d’intégration.

Analyse :



La réussite du film tient dans l’approche sociologique et psychologique qu’il fait de cette classe d’accueil dont le titre permet de comprendre l’extrême diversité de population qui la compose. Les quelques courtes séquences de classe filmées concourent à faire apparaître comment l’enseignante prend appui sur cette diversité (d’origine géographique, de langue maternelle, de religion, de cause de l’exil en France) pour construire une unité, un groupe cohérent : dire bonjour chacun dans sa langue et l’écrire au tableau ; rédiger de courts textes où chacun exprime ses attentes pour l’avenir textes qui sont tous affichés au tableau, apporter un objet de son pays d’origine auquel on tient et sur lequel on s’exprime, réaliser un film védéo sur le thème de la différence…. Le « vivre ensemble » tellement désiré actuellement ne semble pas toujours simple à mettre en œuvre mais les échanges entre les élèves s’approfondissent peu à peu. Et des sujets graves sont abordés : politique, religion….Lorsque les parents accompagnent leur enfant pour la remise du bulletin scolaire, on assiste à des dialogues où le jeune adolescent scolarisé sert souvent d’interprète auprès de l’adulte, et où se révèlent des situations familiales complexes, en même temps que la maturité précoce du jeune. Les gros plans sur les visages sont sans voyeurisme et donnent beaucoup d’intensité au vécu émotionnel de chacun. L’enseignante dont on entend d’abord seulement la voix est particulièrement impliquée et efficace pour favoriser l’écoute et créer du lien. Elle apparaîtra peu à peu dans le champ de la caméra. Ce qui permettra de mesurer combien ses élèves ont bénéficié de l’engagement qu’elle a dans cette pédagogie de l’accueil.

Ce film s’inscrit dans une série intéressante de réalisations sur l’école auxquelles le public est sensible. En 2002 Etre et avoir (chronique d’une classe unique sur une année scolaire) avait obtenu à Cannes plusieurs prix. En 2008 Entre les murs de Laurent Cantet (une année passée dans une classe de 3° en Zone d’Education Prioritaire) avait obtenu la Palme d’Or à Cannes. Avec La cour de Babel c’est une entrée encore différente qui nous apporte un point de vue plein d’espoir sur ce que peut faire l’école auprès des jeunes en devenir.

Maguy Chailley