Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

La supplication (Voices from Tchenobyl)

(Luxembourg, Autriche, Ukraine - 2016 – 1h26)

Réalisation : Pol Cruchten - Scénario : Pol Cruchten, d’après le livre de Svetlana Alexeivitch, prix Nobel de littérature 2015 - Photo : Jerzy Palacz - Montage : Dominique Gallieni - Musique : André Merggenthaler - Production : Red Lion - Distribution France : La Huit
Interprétation : Dinara Droukarova, Iryna Voloshyna, Vitali Matvienko.
Auteur :

Né en 1963 au Luxembourg, Paul Cruchten a réalisé son premier film, Nuit de noces en 1992.  Ses autres films sont : Black Dju (1994), Boys on the run (2003), Petits secrets (2006) et Les brigands (2015). La supplication a obtenu le Grand Prix au festival international du film d’environnement de Paris en 2016.

Résumé :

Comme le livre, le film est consacré aux conséquences de la catastrophe nucléaire survenue le 26 avril 1986 dans la ville de Tchernobyl, située en Ukraine, alors soviétique. Provoquée par la fusion d’un réacteur, la catastrophe a propagé dans l’atmosphère l’équivalent radioactif de 400 fois la bombe d’Hiroshima.  

Analyse :



Svetlana Alexievitch a interrogé pendant dix ans des centaines de témoins de cet accident, que les autorités soviétiques de l’époque, sous Mikhaïl Gorbatchev, s’étaient employées à minimiser. Le nombre de victimes sur place et dans le monde (leucémie et autres cancers, malformations, invalidité, etc.) fait l’objet de controverses : l’OMS évoque le chiffre de 4.000 morts tandis que l’Académie des Sciences de New York avance celui de près d’un million de décès. Parmi les premières victimes se trouvèrent des milliers de « liquidateurs » : envoyés sur les lieux pour faire le premier sarcophage de béton, sans informations ni précautions nécessaires, ils sont tombés malades par la suite et quasiment tous sont morts les uns après les autres. Avec quelques personnages qui incarnent les témoins évoqués dans le livre, le film évoque la tragédie psychologique et sociale vécue par les survivants qui furent évacués par cars entiers avec la promesse d’un retour rapide et qui ne sont jamais revenus chez eux. Peu original sur le plan formel, ce documentaire a le mérite de raconter clairement ce qui s’est passé après la catastrophe, grâce aux témoignages de médecins, physiciens, hommes politiques et citoyens divers. La ville se trouve toujours au centre d’un périmètre de sécurité de 30km de rayon. On y a décontaminé quelques immeubles pour y loger des ouvriers de la centrale. Tchernobyl comptait plus de 12.000 habitants avant la catastrophe et 800 y vivent actuellement.

Françoise Wilkowski-Dehove