Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Les combattants

(France – 2014 - 1h40)

Réalisation : Cailley Thomas - Scénario : Thomas Cailley et Claude Le Pape - Images : David Cailley - Montage : Lilian Corbeille - Production : Nord Ouest Film.
Interprétation : Madeleine : Adèle Haenel - Arnaud : Kévin Azaïs - Lieutenant Schlieffer : Nicolas Wanczycki
Auteur :

Après des études de sciences politiques, Thomas Cailley intègre la Fémis en cursus scénario. En 2010 il réalise Paris Shanghaï, court métrage primé dans de nombreux festivals. Il collabore aussi à l’écriture de nombreux longs métrages.

Résumé :

Entres ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille… Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Elle ne s’attend à rien, elle se prépare au pire. Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ? C’est une histoire d’amour ou une histoire de survie ou les deux.

Analyse :



Très remarqué à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2014, ce premier long métrage d’un jeune réalisateur remporte quatre prix, notamment l'Art Cinema Award et le Prix FIPRESCI de la Quinzaine. C’est l’histoire d’Arnaud et de Madeleine. Ces deux là n’étaient pas faits pour se rencontrer, tout les oppose. Lui, Arnaud un garçon de vingt ans doux et tranquille, menuisier dans l’entreprise familiale dans les Landes doit succéder à son père qui vient de mourir. Elle, Madeleine, athlétique et musclée, énergique et solaire, étudiante en modélisation économique, a un projet : s’entraîner à la survie en environnement hostile pour intégrer les commandos parachutistes. Car pour elle le monde est foutu : pollution, surpopulation, réchauffement climatique. Il faut apprendre à survivre pour gérer les catastrophes. Un rôle sur mesure pour Adèle Haenel. De cette opposition des codes entre masculin et féminin vont naître des situations burlesques. Car lui le gentil, le flottant, le lunaire, la suit, sans qu’elle le lui demande, dans l’aventure. Thomas Cailley ne se contente pas d’inverser les codes, il joue avec élégance avec les genres cinématographiques. Avec un scénario limpide tourné dans la chronologie, on passe de l’approche documentaire à un film d’aventure, d’un road movie qui flirte avec la comédie militaire à la comédie romantique puis au récit catastrophe. Avec poésie la lumière accompagne ces glissements. Dans ce trajet, du réel à la fiction, dans un paysage sans horizon, Arnaud et Madeleine passent de l’affrontement à l’apprivoisement. Ils grandissent en découvrant une solution alternative à leur désarroi. Un sujet grave, traité avec légèreté et intelligence, un film optimiste, plein d’espérance, un pari sur l’avenir.

Claude-Jeanne Bonnici