Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Marseille

(France -2016 - 1h34)

Réalisation : Merad Kad - Scénario : Kad Merad, co-scénariste Kad Merad (Paolo Amato), Patrick Bosso (Joseph Amato), Venantino Venantini (leur père Giovanni), Judith El Zein (Elena), Anne Charrier (Valérie), Louis-Do de Lencquesaing (Stéphane Amato) Patrick Bosso et Judith El Zein - Image : Gordon Spooner - Montage : Marie Silvi
Interprétation : Kad Merad (Paolo Amato), Patrick Bosso (Joseph Amato), Venantino Venantini (leur père Giovanni), Judith El Zein (Elena), Anne Charrier (Valérie), Louis-Do de Lencquesaing (Stéphane Amato)
Auteur :

Kadour Merad, comédien, humoriste et réalisateur franco-algérien, est né en 1964 à Sidi Bel Abbès. Il grandit en France et est surtout connu pour ses nombreux rôles au cinéma : sa carrière est longtemps faite de petits rôles, mais il monte en grade à partir des années 2000, et contribue à quelques grands succès : Les Choristes (C. Barratier, 2004), Bienvenue chez les Ch'tis (D. Boon, 2008). Désormais consacré, il reprend dans La fille du puisatier (D. Auteuil, 2011) un rôle que Fernandel avait tenu aux côtés de Raimu. Derrière la caméra, Marseille est sa troisième réalisation après les comédies Monsieur Papa(2011) et Mais qui a re-tué Pamela Rose ? (2012).

Résumé :

Paolo est parti depuis 25 ans au Canada. Son frère Joseph l'appelle de Marseille : leur père a eu un grave accident. Paolo accourt pour constater qu'il n'y a pas péril, mais le vieillard est devenu amnésique. Paolo accepte de rester un peu, et se retrouve dans une ambiance qui lui manquait, tandis qu'une tendre rencontre pourrait bien le retenir durablement.

Analyse :



Oser un film grand écran sur Marseille populaire, alors que depuis douze ans la série Plus belle la vie attire tous les jours plusieurs millions de téléspectateurs en heure de grande écoute... Kad Merad a choisi de se placer sur le terrain de la sympathie, et ne met en scène que des personnages positifs dont les seuls défauts sont l'exubérance et la naïveté. Quant aux clichés, la plupart sont au rendez-vous – ne nous sont épargnés que le Panier et la Bonne Mère.

On verra donc des conducteurs anarchiques, des cités impénétrables, des exagérations avec beaucoup d'accent, du pique-nique sur les rochers, et surtout du foot, du foot, de l'Ohème et du Stade vélodrome. Mais les conflits s'arrêtent aux invectives, les oisifs de la cité se satisfont de peinturlurer la voiture des visiteurs, et le grand Passedat offre un apéro aux clients qui ont boudé son trois-étoiles pour des merguez en bord de mer.

Il est un thème cependant dont Kad Merad a tenu à prendre le contrepied : pas de tire-au-flanc dans son petit peuple. Joseph se lève à 5 heures tous les matins pour se rendre au chantier naval d'où il revient cracher ses poumons dans le lavabo... Et cela sans même penser à se plaindre. Quel dommage que ce paradis des employeurs n'inspire pas davantage d'investisseurs !

Du trio des protagonistes, Judith El Zein, comédienne de théâtre connue au cinéma depuis Le Prénom*ii¨* (M. Delaporte et A. de la Patellière, 2012), fut partenaire de Kad Merad dans Supercondriaque (D. Boon, 2014) et a déjà tourné sous sa direction dans Monsieur Papa. Patrick Bosso, un humoriste, apparait dans Les collègues (film de foot marseillais, P. Dajoux 1999) et fait le motard dans Bienvenue chez les Ch'tis.

Jacques Vercueil