Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Mary (Gifted)

(Etats-Unis, 2017, 1H41)

Réalisation : Marc Webb - Scénario : Tom Flynn - Image : Stuart Dryburgh - Montage : Bell Pankow - Musique : Rob Simonsen - Production : Film Nation Intertainment and Grade A Entertainment - Distribution : Twentieth Century Fox.
Interprétation : Chris Evans (Frank Adler), McKenna Grace (Mary), Lindsay Duncan (Evelyn), Jenny Slate (Bonnie), Octavia Spencer (Roberta).
Auteur :

Né en1979 dans l’Indiana (USA), Marc Webb a d’abord réalisé des films publicitaires et des clips musicaux avant d’être distingué aux Golden Globes pour 500 jours ensemble (2009). Suivront les deux volets de The amazing spider men en 2012 et 2014. En 2017, outre Mary, il a réalisé The only living boy in New York.

Résumé :

Dans une ville côtière de Floride, Frank Adler élève sa nièce Mary, âgée d’environ six ans, très intelligente et prodige en mathématiques. Il souhaite pour elle une existence normale mais sa propre mère, Evelyn, décide de lui intenter un procès pour l’obliger à envoyer la fillette dans une école, éloignée, pour surdoués.

Analyse :



Tout en incarnant une fillette géniale en mathématiques, la petite McKenna Grace se révèle elle-même un petit prodige en art dramatique, ravissant le spectateur dès les premiers instants. Sa tendre complicité avec Chris Evans, père d’adoption et son entrée fracassante à l’école primaire confèrent au début du film un charme indéniable, avec de nombreux moments touchants ou comiques. Ce drame familial pose une question grave, celle de l’éducation d’un enfant : face aux capacités exceptionnelles de Mary, faut-il essayer de la maintenir au contact des enfants de son âge tout en la protégeant dans un environnement sécurisant –ce que souhaite Frank- ou au contraire développer à tout prix ses capacités dans une école spécialisée quitte à l’arracher au cocon familial –ce que propose sa grand-mère ? Le réalisateur décrit les difficiles relations de Frank et de sa mère qui intente un procès à son fils. Autant la première partie était bien construite et dynamique, autant la deuxième partie est un peu confuse confuse avec les multiples décisions de la justice, les plaidoiries convenues des avocats et divers rebondissements. Mais le film reste très attachant et intéressant sur la vie dans cet Etat américain encore marqué par le racisme. ‘Tu n’as même pas pu te payer un avocat blanc !’, lance la mère à son fils pour l’humilier. Le réalisateur accorde au contraire à la voisine, noire, le rôle d’un personnage humain et généreux. 

Françoise Wilkowski-Dehove