Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Noces

(film belgo-franco-pakistanais – 2016 – 1h38)

Réalisation : Stephan Streker - Scénario: Stephan Streker – Photographie : Grimm Vandekerckhove – Montage : Jérôme Guiot - Producteurs : Boris Van Gils, Michaël Goldberg – Distribution France : Jour2fête
Interprétation : Lina Arabi (Zahira) – Sébastien Houbani (Amir son frère) Babak Karimi (le père) – Neena Kulkarni (la mère) – Olivier Gourmet – Alice de Lencquesaing
Auteur :

Stephan Streker est un réalisateur et scénariste belge, né le 17 mars 1964 à Bruxelles. Il commence sa carrière comme journaliste, couvrant essentiellement le cinéma, le football et la boxe. Son premier long métrage sort en 2004 « Michael Blanco ». Suivra en 2013 Le monde nous appartient. Et c’est en s’inspirant librement d'un fait réel qui s'est déroulé en 2007 à Charleroi qu’il réalise en 2016 Noces.

Résumé :

Zahira a beau vivre en Belgique et être une jeune fille de son temps, son destin est scellé et elle n’a pas son mot à dire quand ses parents lui annoncent qu'elle doit se marier. Ils ont choisi pour elle trois prétendants.

Analyse :



Ce n’est pas la première fois que le cinéma aborde ce thème de l’insoumission d’une femme à la loi familiale même lorsque la famille a quitté le pays d’origine pour un pays européen et s’est apparemment modernisée. Feo Aladag déjà, dans L’étrangère en 2011, montrait une famille turque n’acceptant pas le choix de la fille, Umay, et la rejetant comme une étrangère, allant jusqu’au « crime d’honneur ».

Ici c’est le Pakistan avec ses traditions qui est l’arrière-fond de Noces. Et la maîtrise des technologies modernes (la webcam) apporte des outils étonnants au service du mariage traditionnel. C’est par Skype que Zahira découvre ses prétendants restés au pays et leur parle. Le contraste est manifeste entre ces entrevues matrimoniales et la vie quotidienne de Zahira, au lycée avec ses amies belges. On peut d’abord croire que son frère Amir est un allié pour elle. Très affectueux, son confident de longue date, il l’accompagne même à l’hôpital pour la soutenir à l’occasion d’un avortement. Mais on voit vite que la valeur essentielle c’est de préserver l’honneur de la famille.

Zahira résiste aux pressions de ses parents et à celles de sa sœur aînée qui, elle, a accepté un mariage traditionnel et lui dit : « évidemment c’est injuste mais on est des femmes ». Le fossé se creuse entre cette famille bien intégrée économiquement et leur environnement social qui découvre qu’on ne se comprend pas même si leurs enfants ont grandi ensemble.

Zahira est écartelée entre ces deux cultures : l’une faisant passer les choix individuels derrière l’honneur de la famille et l’autre prônant que chacun assume son choix de vie.

Noces nous aide à comprendre qu’on ne quitte pas sa culture en quittant son pays. Et lors des échanges entre le père de Zahira et leur voisin se manifestent des points de vue irréconciliables dont Zahira sera la victime.

Très beau film qui interroge la rencontre des cultures.

Maguy Chailley