Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Paris pieds nus

(France/Belgique – 2017 – 81 mn)

Réalisation : Fiona Gordon - Scénario : Dominique Abel et Fiona Gordon – Directeur de la photographie : Claire Childéric, Jean-Christophe Leforestier – Ingénieur du son : Frédéric Meert – Monteuse : Sandrine Deegen – Production : Moteur s’il vous plait – Distribution : Potemkine Films
Interprétation : Fiona Gordon (Fiona) – Dominique Abel (Dom) – Emmanuelle Riva (Martha) – Pierre Richard (Duncan)
Auteur :

La Canadienne Fiona Gordon et le Belge Dominique Abel se sont rencontrés à Paris dans les années 80. Danseurs et acteurs, ils fondent leur compagnie, Courage mon amour, avec laquelle ils mettent en scène quatre spectacles qui seront présentés dans des tournées internationales. Ils passent au cinéma en 2006 avec leur premier long métrage, L’iceberg, comédie burlesque complètement déjantée. Depuis, ils ont produit et réalisé Rumba (2008) et La Fée (2011) et ils reviennent sur nos écrans avec Paris pieds nus. Leur style s’inspire des burlesques américains Harold Lloyd, Buster Keaton ou Charlie Chaplin. 

Résumé :

Fiona, bibliothécaire canadienne, débarque à Paris pour venir en aide à sa vieille tante Martha. Mais Fiona perd toutes ses affaires et tante Martha a disparu. C’est le début d’une course-poursuite dans Paris à laquelle s’invite Dom, SDF égoïste, aussi séducteur que collant.

Analyse :



: La recette de cette comédie est assez simple mais nécessite quelques ingrédients exotiques. Vous prenez une bibliothécaire du grand Nord canadien, grand échalas mal fringué, interprétée par Fiona Gordon, et un clochard parisien sans scrupule mais ouvert à la poésie et à l’amour, joué par Dominique Abel. Vous ajoutez un officier de la police montée canadienne en stage à Paris, une adorable vieille dame un peu folle qui veut échapper à la maison de retraite, jouée par Emmanuelle Riva dont ce fut le dernier rôle, et un gentil voisin de la vieille dame cherchant partout ses chaussettes. Et pour finir, une pincée d’un Pierre Richard échappé, lui, de sa maison de retraite. Et vous plongez tout ce monde dans des lieux mythiques parisiens comme l’ile des Cygnes, une péniche restaurant, le cimetière du Père Lachaise et, bien sûr, la Tour Eiffel.

Le résultat est une comédie loufoque au style complètement anachronique puisqu’il s’inspire des grands burlesques du cinéma muet américain. Le blizzard entre dans la bibliothèque canadienne à la manière des films de Buster Keaton, les deux héros dansent dans la péniche comme Charlie Chaplin et le finale en haut de la Tour Eiffel est un bel hommage à Harold Lloyd. On rit, on sourit, on verse une larme aussi parfois devant Emmanuelle Riva et Pierre Richard en vieillards pas très sages. Assis sur un banc du Père Lachaise, ils se livrent à un numéro de claquettes qui est un grand moment de drôlerie et d’émotion. C’est d’ailleurs ce mélange savamment dosé, le charme de ce film, qui plonge le spectateur dans un univers drôle et poétique où des personnages lunaires revisitent les gags du cinéma muet. 

Jacques Champeaux