Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Patti Cake$

(Etats-Unis, 1h45, 2017)

Réalisation : Geremy Jasper - Scénario : Geremy Jasper - Photo : Federico Cesca - Montage : Brad Turner - Musique : Geremy Jasper, Jason Binnick, Joe Rudge - Directeur artistique : Heather Yancey - Production France : RT Features - Distribution France : Diaphana Distribution
Interprétation : Danielle MacDonald (Patti), Bridget Everett (Barb), Siddharth Dhananjay (Jheri), Mamoudou Athie (Basterd), Sahr Ngaujah (O-Z).
Auteur :

Scénariste, compositeur et réalisateur américain, Geremy Jasper a d’abord joué dans des groupes de rock avant de se mettre en autodidacte à réaliser des clips publicitaires. Il a reçu à Cannes une Caméra d’or pour Patti Cake§, son premier long métrage. 

Résumé :

La jeune Patricia Dombrowski, surnommée Patti Cakes, vit dans une banlieue du New Jersey avec une passion, le rap, cette poésie orale, urbaine et déclamée à un rythme très rapide dans les lieux publics. Elle rêve de voir reconnaître son talent. 

Analyse :



Cette comédie dramatique féministe dégage un optimisme et une énergie tout à fait salutaires, que nous communique la jeune héroïne malgré son obésité et des difficultés de toutes sortes. Patti Cake§ se veut aussi un hommage du réalisateur aux « femmes fortes de l’Etat du New Jersey, au milieu desquelles j’ai grandi, au hip hop et à la poésie ». Tout en gagnant sa vie comme serveuse, Patti trouve le temps d’écrire des vers, rudes et expressifs, à l’image de son quotidien dans une banlieue oubliée des Etats-Unis. L’une des scènes très remarquables du film la montre lors d’une joute oratoire sur un parking, avec d’autres rappeurs, bien loin de leur profil ‘type’ : noir et macho ; la blanche qu’on surnommait Dumbo à l’école pour son embonpoint se révèle pleine de talent et laisse épaté son auditoire masculin. Dans son rêve de devenir chanteuse de hip hop, Patti Cake§ bénéficie de soutiens indéfectibles dans son entourage : sa grand-mère, Nana, son ami préparateur en pharmacie, Jhéri et un musicien asocial et mutique, Basterd. Saluons l’actrice australienne Danielle Macdonald qui a dû prendre des cours de rap pour jouer le rôle et qui parvient à communiquer au spectateur un incroyable amour de la vie. 

Françoise Wilkowski-Dehove