Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

The Homesman

(USA -2014 – 2h02)

Sélection Officielle Cannes 2014

Réalisation : Tommy Lee Jones - Scénario : Kieran Fitzgerald, Tommy Lee Jones, Wesley Oliver- Montage :-Roberto Silvi- Photo :Rodigro Prieto - Musique : Marco Beltrami - Distribution : Premier, Europacorps
Interprétation : Tommy Lee Jones (George Briggs), Hilary Swank ((Mary Bee Cudy), Hallee Steinfeld (Tabitha Hutchinson), Meryl Streep (Altha Carter), James Spader (Aloysius Duffy)
Auteur :

Grand acteur connu pour ses apparitions dans des films d’action (la série de Men in Black, Le fugitif) Tommy Lee Jones s’avère un acteur plus subtil chez les Frères Cohen (No country for old men), Bertrand Tavernier, Paul Haggis (Dans la vallée d’Elath). Grand amoureux des espaces de l’Ouest américain (où il possède un ranch), il passe à la réalisation en 2005 avec le magnifique Trois enterrements qui lui vaut deux prix à Cannes : interprétation masculine, meilleur scénario (Guillermo Arriaga)

Résumé :

Trois femmes ayant perdu la raison sont confiées par le très digne révérend du village à Mary Bee Cuddy, une pionnière forte et indépendante, originaire du Nebraska. Commence le périple de Mary dans un austère chariot, quand elle rencontre un homme rustre et vagabond, qu’elle sauve de la pendaison (justice expéditive des paysans). Ils décident de s’associer pour conduire les femmes dans un village du Iowa. Le parcours en terre indienne de cet étrange convoi s’avère plein de dangers et de…surprises

Analyse :



La joie communicative des grands espaces d’Amérique du Nord est soulignée dans le générique : la caméra explore et semble caresser les étendues désertes. Oui, nous partageons cet amour « westernien » de Tommy Lee Jones, lequel nous embarque dans une évocation de l’époque pionnière, montrée sans concession aux images d’Epinal. En fait, c’est l’histoire de la pauvreté des migrants, de leur dur labeur en terre hostile, frappés par la mortalité élevée chez les enfants (malnutrition, scorbut). Mary Bee Cuddy, une femme brune au visage ingrat, est considérée mieux qu’un homme, elle fait le labour, elle organise sa vie économique et personnelle, elle parle haut et fort. Le révérend Dowd la désigne comme responsable d’une mission périlleuse, alors que les hommes se défilent. Trois femmes atteintes de folie ont une chance de survivre, dans un foyer là-bas dans l’Iowa, mais il faut les y conduire. Mais voilà, le problème pour Mary, c’est qu’elle cherche un mari…au milieu de ce monde masculin, qui a peur de cette femme trop parfaite, trop abrupte ! Une première demande en mariage aboutit à un échec. Finalement, un homme va accepter de l’accompagner, George Briggs, l’anti-héros, le squatter d’une ferme provisoirement vide. Notre acteur aux rides nombreuses et à l’accent traînard va peu-à-peu se transformer dans cette aventure, où de pauvre type pourchassé il deviendra un sauveur au grand cœur. Mary va aussi changer et découvrir la relation charnelle, bien improbable en raison de ses principes religieux et de son volontarisme acharné pour accomplir la Mission. L’évolution des deux personnages forme l’intérêt du scénario (inspiré d’un roman américain).Pour la deuxième fois, elle fera une demande en mariage, et c’est…à Briggs, qui aime surtout son indépendance. Cela se termine tragiquement pour elle. Bien d’autres choses sont évoquées dans ce beau film (il n’a eu aucun prix à Cannes) : le capitalisme grandissant, le racisme, la condescendance des nouveaux riches….

Alain Le Goanvic