Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Un jour dans la vie de Billy Lynn (Billy Lynn's Long Halftime Walk)

(Etats-Unis, 2016, 1h53)

Réalisation : Ang Lee - Scénario, Ben Fountain (d'après le livre de J.-C. Castelli) - Image, John Toll - Montage, Tim Squyres - Musique, Jeff & Mychael Danna - Distribution France, Sony
Interprétation : Joe Alwyn (Billy Lynn), Kristen Stewart (Kathryn Lynn), Garrett Hedlund (Dime), Vin Diesel (Shroon Breem), Steve Martin (Norman Ogglesby), Chris Tucker (Albert l'impresario), Kristen Stewart (Kathryn), Makenzie Leigh (Faison)
Auteur :

Né à Taiwan (1954), Ang Lee achève à New-York ses études de cinéma. Il commence par une trilogie sur le mode de vie taiwanais qui lui vaut un Ours d'or à Berlin (Garçon d'honneur, 1993) et une présence aux Oscars (Salé, sucré 1994). Dans sa brillante carrière, signalons Tigre et dragon (2000, Oscar et Golden Globes), Le secret de Brokeback Mountain (2005), et, avant Bill Lynn, L'odyssée de Pi (Oscar de mise en scène).

Résumé :

Billy Lynn est un jeune Texan engagé en Iraq. Il se comporte héroïquement dans une action violente et son groupe est ramené aux Etats-Unis pour une tournée de parade promotionnelle. Après les fastes, les honneurs et les flonflons, ce sera le retour vers les risques et le stress de la guerre.

Analyse :



Le 'traumatisme de guerre' a conquis sa place au cinéma depuis plusieurs années, avec par exemple Dans la vallée d'Elah (Haggis), Voir du pays (Coulin), Cessez le feu (Courcol). Ici, la violente expérience vécue par le héros ouvre le film. Il la revoit de façon obsédante, mais le discours porte surtout sur le divorce entre la guerre connue par les soldats au front, et l'attitude des autres envers cette épreuve. Le retour des images de l'affrontement mortel de Billy ponctue son évolution psychologique et sa prise de conscience, parcours difficile qui se déroule au fil des confrontations auxquelles l'opération promotionnelle l'expose.

De sa famille, qui rapidement se décompose à ses yeux, seule subsiste sa sœur, sa profonde volonté de le faire échapper aux dangers de la guerre, et leur vive affection réciproque. Pour les organisateurs de la tournée d'exhibition - dirigeants militaires et politiques, spécialistes et auxiliaires du spectacle, affairistes aux aguets - Billy et ses camarades sont des marionnettes dont on tire les ficelles, que l'on exploite si possible. Les risques courus, leurs souffrances, cet 'héroïsme' qu'on leur vantait, valent à peine quelques dollars. Quant au 'public', tous ces gens inconnus que la parade veut convaincre d'approuver la guerre menée là-bas, 'ceux pour qui ils se battent'... les héros sont là pour amuser la galerie, la galerie s'amuse, sans aucun intérêt pour ce qu'il y a derrière.

La solidarité fraternelle du groupe 'Bravo', forgée au front comme facteur de survie, renaît ici dans l'univers étrange et traumatisant de cette tournée. A travers les feux d'artifice écœurants de la foire aux héros, Ang Lee exprime efficacement cette palette de sensations pour nous acheminer vers la conclusion du film.

                                                           

Jacques Vercueil