Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Dans la maison

(France - 2012 - 1h45)

Réalisation : François OZON - Scénario : F. Ozon, d’après l’œuvre de Juan Mayorga « Le garçon du dernier rang » - Direction photo : Jérôme Alméras - Montage : Laure Gardette - Musique : Philippe Rombi - Son : Benoît Gargonne - Production : Mandarin Films - Distribution : Mars Distribution.
Interprétation : Fabrice Luchini (Germain Germain), Ernst Umhauer (Claude), Kristin Scott-Thomas (Jeanne Germain), Emmanuelle Seigner (Esther), Denis Ménochet (Rapha père), Bastien Ughetto (Rapha fils), J-François Balmer (le proviseur), Yolande Moreau (les jumelles).
Auteur :

François Ozon, né en 1967, à Paris, d’une mère professeur  et d’un père biologiste, a une maîtrise de cinéma. Son premier long métrage, Sitcom, en 1997, est un jeu de massacre insolent. Puis suivent Les amants criminels en 1999, Gouttes d’eau sur pierres brûlantes. En 2001, Sous le sable lui apporte la notoriété.  En 2002, 8 femmes, en 2003 Swimming pool, 5X2, Le temps qui reste, Angel en 2007. En 2008 Ricky, Refuge en 2009, Potiche en 2010.

Résumé :

Claude, élève de 2°C, est remarqué dès sa première rédaction par Germain, son professeur de français. Au fil des devoirs, précis et méthodiques, trop proches du réel pour être de la fiction, Germain est intéressé puis troublé, fasciné par cet apprenti écrivain trop doué. Les dégâts seront irréparables.

Analyse :



Un vieux de la vieille, ce Germain-Luchini. Prof depuis des années, désabusé depuis longtemps, mais malgré sa rancœur, il ne demande qu’à y croire,. Et l’étincelle jaillit cette année, justement, dans sa classe de 2°C, elle est allumée par Claude, ce jeune et bel élève très motivé, et passablement doué pour l’écriture. Alors, peu à peu vont se dénouer  les chaînes, se dissoudre les règles ou les déceptions imposées par la vie, par l’Académie, par la bienséance, par l’absence de talent. Germain se reconnaît en cet élève brillant, il l’aide à construire son livre, comme si c’était lui qui l’écrivait… Oui, comme si. Mais ce n’est pas lui l’auteur, il n’est qu’un rouage utilisé par Claude pour atteindre un but mystérieux, peut-être même  malsain ?
Passionnant face à face de Claude et Germain, Germain qui se nourrit des miettes apportées par son élève, qui tombe dans le piège qu’il n’a pas vu venir, qui risque d’y perdre beaucoup, son honneur, sa famille, et plus encore… Mais qui a vraiment tendu le piège ? Ne sont-ils pas tous les deux dépassés par les événements qui s’enchaînent. Au début, Germain mène la danse, puis le film bascule et le pouvoir lui échappe…
Passionnante chute programmée de Germain, prof à qui tout avait réussi jusque là, reconnu par ses pairs, aimé par sa femme galeriste d’avant-garde en danger d’être licenciée.
Passionnant parcours initiatique d’un jeune déterminé, mais que sait-on vraiment de lui, quel est son but inavoué ? Que cherche-t-il réellement ? Jusqu’où est-il prêt à se perdre pour suivre son chemin ?

Sans cesse, on secoue un certain malaise, on fait des suppositions, on analyse, on se trompe et les dernières images se savourent comme un dessert. Les acteurs sont excellents, avec une mention spéciale pour Luchini et le jeune Ernst Umhauer.

(Catherine Forné)