Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Parlez-moi de vous

(France - 2012- 1h29min)

Réalisation : Pierre Pinaud - Scénario : Véronique Heuchenne - Photo : Guillaume Deffontaines - Décors : Marie Cheminal - Musique : Maidi Roth - Montage : Nathalie Hubert - Son : Lucien Balibar - Production : Bonne Pioche Productions – Distribution : Diaphana.
Interprétation : Karin Viard (Mélina/Claire Martin) – Nicolas Duvauchelle (Lucas) – Nadia Barentin (Joëlle Goulain) – Patrick Fierry (André) – Catherine Hosmalin (Ingrid Goulain) – Jean-Noël Brouté (Bertrand) – Dani (Barka).
Auteur :

Pierre Pinaud a 39 ans. Il est né à Montauban (82). Il réalise son premier court-métrage Conte sans fée en 1997. Puis cinq autres courts métrages, dont Les Miettes, en 2008, qui lui vaudra plusieurs récompenses dont le César 2009 du court métrage. Parlez-moi de vous est son premier long métrage.

Résumé :

La nuit, les auditeurs appellent Mélina et elle leur répond par radio interposée. Elle propose des solutions à leurs problèmes avec tact et audace. Personne ne connaît son visage. Le jour, Mélina redevient Claire Martin, quadragénaire complexée, névrosée, obnubilée par la recherche de sa mère qui l’a abandonnée quand elle était enfant. Un jour, elle retrouve sa trace et décide de la rencontrer… mais rien n’est simple pour Claire Martin.

Analyse :



Les premières images montrent une Mélina rayonnante, rieuse et compétente. Une superbe image de quadragénaire blonde face au micro qui la relie à ses auditeurs. Puis elle quitte la station, seule dans la nuit, et la belle façade se fendille aussitôt. Chez elle, dans son luxueux appartement d’une propreté parfaite, incapable de supporter le vide, elle se réfugie dans son placard-utérus, entourée de ses reliques d’enfance, enveloppée par la voix de Michèle Torr, l’idole maternelle…

En quelques minutes, tout est en place. C’est le film d’une double vie, d’une double personnalité qui cherche à s’unifier en recollant les morceaux cassés de son parcours. Sa mère l’a abandonnée, mais elle lui a envoyé une carte postale avec cette promesse : « Je reviendrai te chercher ». L’enfant-Mélina a attendu plus de trente ans ce retour. Elle finit par provoquer des retrouvailles, mais elle cherche à savoir d’abord où elle met les pieds. L’univers surchargé de sa mère s’oppose frontalement à son monde glacé et vide. Le choc est rude.

Au fil des événements, le film se charge d’angoisses, d’attentes contrariées. Chacun imagine les raisons qui amènent Claire à rôder, masquée, dans ce quartier, si loin de ses bases. La tension monte entre les personnages, jusqu’à la scène de violence pure, insoutenable, qui libèrera Claire et recollera les morceaux de sa vie. Mais quel parcours ! Ce que vivent les auditeurs qu’elle conseille chaque nuit avec tant de finesse et de tact, elle le découvre dans sa propre chair.

Eclatante Karin Viard, raide et figée, magnifique, par moments tête à claque, par moments écorchée vive, enfant égarée pelotonnée dans sa souffrance… elle est vraiment superbe !

L’actrice qui joue sa mère, Nadia Barentin, est décédée après le tournage, le film lui est dédié.

(Catherine Forné)