Logo de protestants.org
Cinéma

Cette rubrique est présentée par Pro-Fil

logo   

Take Shelter

(Etats-Unis 2011, 1h56)

Réalisation : et scénario : Jeff Nichols ; images Adam Stone ; musique David Wingo ; montage Parke Gregg. Prix de la Critique au festival de Cannes 2011.
Interprétation : Michael Shannon (Curtis Laforche), Jessica Chastain (Samantha Laforche)
Auteur :

Jeff Nichols, auteur très prometteur né en 1975, réalise avec Take Shelter son second long métrage, le premier étant Shotgun Stories (2007) déjà remarqué, après six courts métrages. Originaire de Little Rock (Arkansas) et étudiant de la North Carolina School of the Arts (diplôme 2001), il cite L'Arnaque, Lawrence d'Arabie, Luke la main froide et la Balade sauvage comme ses films de chevet. Michael Shannon, principal acteur de ses deux premiers films, jouera aussi dans Muds en préparation.

Résumé :

Nous sommes en Ohio, dans le middle-west américain, région d’ouragans terribles ; chez Curtis Laforche comme chez ses voisins, un abri anti-tornade est enterré dans le jardin. Des cauchemards apocalyptiques vont déclencher chez ce bon père de famille une frénésie de protection qui va mettre en danger cette famille justement. Détraqué ? Il a de bonnes raisons de le craindre…

Analyse :



Le film (Aux Abris! serait le titre en français) s’ouvre sur le superbe panorama d’une immense plaine agricole que surplombe un plafond nuageux, sombre et tourmenté ; un homme debout, les traits imprégnés d’inquiétude, scrute la menace. Une menace qui va nous accompagner, croissant et se multipliant comme une métastase.

Ce thriller (film-frousse) prend une dimension bien plus riche par sa peinture délicate et convaincante de la marche à la folie du protagoniste, et des belles relations qu’il entretient avec son épouse, sa fille sourd-muette et sa mère paranoïaque. Il offre aussi, en arrière plan, le tableau pesant d'une société corsetée de conventions, mais qui n'offre d'autre secours à ses membres que l'argent qu'ils ont, et où l'individu est seul… sous le regard des autres.

Par laquelle des deux catastrophes, météorologique ou psychologique, arrivera la destruction? Curtis, conscient de ce qui lui arrive mais impuissant à résister, partage notre angoisse devant cette marche au désastre.

La réussite du film tient dans son balancement entre rationalité et fantastique, entre prudence et démence, entre amour et délire. La réalisation, scénario d'une grande précision, images léchées, bande son efficace sans être tonitruante, fait succéder aux moments de tension extrême des épisodes familiaux de tendresse, et donne à voir un film d'auteur capable d'espérer le succès commercial, grâce notamment aux excellents Jessica Chastain (The Tree of Life) et Michael Shannon (remarqué dans Les Noces Rebelles).

Un film de ce temps, car la puissance de la peur s'affiche avec force dans notre monde où les prophètes de l'angoisse, sincères, intéressés ou démagogues, captent facilement une vaste audience moutonnière et irréfléchie. La peur n'est-elle pas l'antonyme de la confiance, de la foi ?

(Jacques Vercueil)