logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Accueil
Rechercher
Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier
Parmi les festivals
Liens
Contact

Mulhouse


Les fiches de film du groupe de Mulhouse

Jagten ou le silence de l'innocence

Jagten (La Chasse) ne donne aucun message. Le film de Thomas Vinterberg, prix du jury œcuménique au festival de Cannes 2012 décrit le fonctionnement d’un groupe confronté à ce qu’il identifie comme une menace et une atteinte faite à ce qui est le plus fragile. Et c’est pourquoi il nous pousse à réfléchir à nos propres réactions lorsque des accusations sont portées : laissons-nous parler celui qu’on accuse ? Pouvons-nous avoir confiance dans sa version des faits ? C’est en fait de notre compréhension de la justice qu’il est ici question ainsi que de la manière dont nous nous laissons submerger ou non par nos émotions.

Lucas travaille dans un jardin d’enfants et il est faussement accusé (de quoi ? elle même ne le sait pas, elle dit juste qu'elle ne l'aime pas et "qu'il a un zizi tout raide") par une petite fille, Clara, par ailleurs la fille de son meilleur ami, Théo. Débute alors un enchaînement de rejets de Lucas par cercles progressifs : la directrice du jardin, ses collègues, ses amis, tout se déroule inexorablement jusqu’à l’exclusion de toute vie sociale malgré même le fait que Lucas ait été innocenté par la justice. On assiste alors à son dépouillement le plus complet jusqu’à sa révolte, son surgissement pendant la veillée de Noël au cours de laquelle il affronte Théo les yeux dans les yeux. C’est dans ce regard que Théo lit l’innocence de son ami, innocence pourtant déjà affirmée par Clara, dépassée par la confiance que les adultes ont accordée à ses mensonges d’enfant. Par la grâce de la réconciliation et de la confiance retrouvée, Lucas retrouve sa place entière dans le groupe social mais la menace continue de rôder, il n’est pas à l’abri de ceux qui ne sont pas convaincus de son innocence.

Jagten est un film sur le retournement des repères. Clara sait très bien qu’elle a menti par vengeance envers Lucas et elle ne comprend pas pourquoi les adultes la croient quand elle ment et ne veulent plus la croire quand elle veut rétablir la vérité. Le spectateur sait parfaitement que Lucas est innocent mais cette information nous est donnée pour mieux mettre en évidence l’enchaînement des réactions émotionnelles, irrationnelles et violentes. Lucas ne cherche pas à se défendre parce qu’il croit qu’il suffira de dire ce qui s’est réellement passé (il a remis Clara à sa place lorsqu’elle a voulu faire de lui un père de substitution en l’embrassant sur la bouche). Le problème vient de ce que personne, et surtout pas les femmes (la fuite de la directrice devant le nouveau pestiféré est d’anthologie, le rejet viscéral de la mère de Clara) ne lui laisse même le temps de donner sa version des faits. Lucas est rendu muet par le soupçon, il est littéralement sidéré par le rejet dont il est l’objet. La sacralisation de l’enfant dont la parole est forcément vraie rend celui qui est présumé coupable muet. Il ne pourra plus se faire entendre que par le cri et par ce que seul son ami peut voir : la vérité dans ses yeux.

Jagten nous interroge sur nos certitudes et nos jugements. La violence se développe sur le silence et l’évidence. Il est évident pour tous les protagonistes que Lucas est coupable puisque Clara le dit. Il est forcément coupable parce qu’il ne dit rien et personne ne remarque qu’il ne dit rien parce qu’on ne le laisse parler. Les seuls qui lui restent acquis, son fils et son frère, sont ceux qui l’ont crû a priori innocent. Le jugement de tous s’autoalimente par le discours de l’expert (le psychologue qui d’une évocation  « il a un zizi tout raide » déduit qu’il  y a eu passage à l’acte), par la compensation (la mère en vient a surprotéger sa fille alors qu’elle la délaissait, ce qui a justement conduit Clara à rechercher un nouveau père dans l’ami de la famille qui prenait soin d’elle) et par le sentiment d’avoir raison en groupe (puisque tout le monde le dit, ça doit être vrai).

Lucas ne réagit pas parce qu’il comprend les réactions de tous, il sait qu’ils ne peuvent pas faire autrement sous peine d’être eux-aussi accusés de lâcheté ou de complaisance. Théo doit affronter sa femme pour rejoindre son ami. Pour autant Lucas n’est pas un bouc émissaire puisqu’il faudrait pour cela qu’il y ait un sentiment de culpabilité qui fonderait la violence exercée à son encontre. Or il n’y a aucune culpabilité ressentie, aucune remise en cause du modèle social, seulement une conviction de culpabilité de l’autre et la volonté de se prémunir du danger.

Le groupe de Mulhouse


Retour vers la page du groupe de Mulhouse.

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr