logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Accueil
Rechercher
Informations
Activités
Groupes locaux Déplier/Replier
Parmi les festivals
Liens
Contact

Mulhouse


Les fiches de film du groupe de Mulhouse

Philomena



Philomena

Prix du jury Interfilm Venise 2013

Articles en ligne pour ce film :

ou la force du pardon

L'histoire vraie de Philomena Lee, jeune irlandaise contrainte au début des années 50 d'accoucher de son fils, conçu hors mariage, dans un couvent et de rester y travailler en contrepartie pour finalement se voir arracher son fils, adopté par un couple de riches américains, est bouleversante à plus d'un titre.

D'abord sur le scandale et la légitime colère, incarnée par Martin Sixsmith, le journaliste interprété par Steve Coogan, devant cette Église irlandaise. Hier persuadée de son droit de disposer à son gré des vies et des enfants de ces filles de « mauvaise mœurs », à qui l'on peut enlever leurs enfants comme on le ferait à des animaux. Aujourd'hui encore persuadée de son droit à cacher la vérité en faisant croire à Philomena n'avoir aucune trace des parents adoptifs et, en même temps, faisant croire à son fils que sa trace a été perdue. Un double mensonge insupportable mais pourtant une culpabilité réelle puisqu'il a fallu brûler les éléments de preuves, et cacher cette sœur Hildegarde dont la franchise accable encore l'Église.

Ensuite sur le destin de cette femme qui a vécu toute sa vie dans l'absence de ce fils, Anthony, et dans l'incertitude de ce qu'il a pu devenir. Une inquiétude tout entière résumée dans la litanie des craintes dites au pied du Lincoln Memorial, « et s'il était obèse ? ». La découverte de la réussite et du bonheur de ce fils, rebaptisé Michael, brillant fonctionnaire de la Maison Blanche, allégeant à posteriori la peine puisqu'il aura finalement eu une vie bien plus belle que celle qu'elle aurait pu lui offrir.

Bouleversant aussi par ce sentiment de culpabilité diffus que l'Église voudrait bien entretenir mais dont Philomena ne parvient pas à se persuader. Exprimant le plaisir qu'elle a eu avec le père de l'enfant, elle n'a aucun regret de ce qu'elle a fait et c'est dans un confessionnal américain, devant ce prêtre ignorant de toute son histoire, qu'elle comprend enfin qu'elle n'a rien à se reprocher, qu'elle n'a rien à confesser.

Bouleversant enfin par le destin de cet enfant, né Anthony, devenu Michael, mais qui n'aura jamais oublié la terre d'Irlande et aura toute sa vie cherché sa mère, sans se résoudre à croire qu'elle ait pu l'abandonner. C'est la rencontre de deux souffrances, celle de la mère à qui l'on arrache son enfant et celle de l'enfant qui croit avoir été rejeté. C'est dans le couvent où le drame de la séparation s'est joué qu'il sait qu'elle le retrouvera.


Le vrai Michael Hess en visite au couvent

C'est l'histoire d'une prise de conscience et d'un pardon. Alors que Philomena est restée toute sa vie dans une forme d'acceptation/refus de l'injustice, sans jamais en vouloir aux sœurs ni jamais se résoudre complètement à oublier, elle comprend, grâce à la colère de Martin, à la souffrance de Pete, l'amant de Michael, et enfin à la violence de sœur Hildegarde que la faute n'est pas de son côté mais que le pardon est sa force.

Philomena devient réellement chrétienne lorsque devenue lucide et confrontée à la haine, elle pardonne sincèrement à Hildegarde et avec elle à toute l'institution. Elle passe de l'acceptation soumise, de l'intégration d'un discours sur elle-même, à une rédemption personnelle et collective. C'est parce qu'elle est sortie de l'ignorance, du mensonge et de l'hypocrisie qu'elle peut réellement se réconcilier avec sa propre histoire et pardonner à ceux qui l'ont offensée

Une magnifique leçon pour tous ceux dont l'existence est faite d'ombres et de silences.

Roland Kauffmann


Retour vers la page du groupe de Mulhouse.

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr