logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du groupe du groupe de Mulhouse.

Sélection Officielle Cannes 2014, prix du jury oecuménique. Cigale d'or du Ciné-Festival en Pays de Fayence 2014; élu meilleur film français par le Syndicat français de la critique de cinéma

Autres articles sur ce film

  • Le cinéma, critique des religions (F. Wilkowski-Dehove)
  • Emission Champ-contrechamp du 23 déc. 2014 (F. Lods, J. Zucker et J. Champeaux)
  • 50 ans de cinéma de l'Afrique de l'Ouest (Y. Ballanger)
  • Le temps des épreuves (N. Vercueil)
  • Les fiches de Mulhouse (R. Kauffmann)
  • Vu à la radio 17 décembre 2014 (A. Welty-Domon, M. Chailley, D. Sarda, C. Bonnet et H. Lassale)

  • Le 12° Ciné-Festival en pays de Fayence(du 4 au 9 novembre 2014) (P. Queyroy)
  • Timbuktu (M. Chailley)
  • Timbuktu ou le chagrin des oiseaux (C. Bonnici)
  • Timbuktu (J. Champeaux)
  • Le jury œcuménique  a fêté son 40e anniversaire (D. Muller)
  • Emission radio Ciné qua non du 25 juin 2014 (R. Hubert, D. Sarda, C. Bonnet et C. Bonnet)
  • Entre tragique et absurde (J. Champeaux)
  • Une Palme aux accents profonds (N. Vercueil)
  • Emission Champ Contrechamp du 27 mai 2014 (J. Lods, J. Champeaux, J. Wilkowski et M. Campana)
  • Chronique cannoise sur Fréquence protestante du 23 mai 2014
  • Les lampions sont éteints (J. Zucker)

  • Prix du jury œcuménique de Cannes 2014 (. Jury)
  • Timbuktu (C. Oubrayrie et J. Zucker)
  • 3e jour de Festival à Cannes (J. Zucker)
  • Chronique cannoise sur Fréquence protestante du 16 mai 2014 (J. Lods)
  • Les fiches de film du groupe Mulhouse

    Timbuktu, La liberté en danger de mort

    La liberté en danger de mort

    Plus que la seule liberté d'expression, les terroristes menacent toutes nos libertés individuelles et collectives. Voilà bien pourquoi il ne faut leur céder en rien.

    Le film d'Abderrahmane Sissako s'ouvre et se ferme sur une scène de fuite.

    D'abord celle d'une gazelle pourchassée par des hommes dont nous ne savons encore rien qui cherchent à 'épuiser" au sens propre du terme l'animal plutôt que de le tuer.

    Enfin celle de Toya et de ce mystérieux porteur d'eau, pourchassés par ces mêmes hommes dont nous connaissons maintenant la folie qui serait presque drôle par son absurdité si nous n'en savions la capacité meurtrière, dans ces sables africains comme dans nos rues.

    Force politique de ce film qui au-delà de sa beauté formelle nous fait prendre conscience de la réalité, réalisant ainsi un projet de résistance à cet intégrisme d'autant plus destructeur qu'il se coule dans les codes culturels des sociétés qu'il 'épuise'. S'il paraît pessimiste en nous faisant penser qu'il n'y a finalement pas d'autre espoir que la fuite, le film nous alerte et nous informe, peut-être pour nous faire comprendre que la fuite est justement ce qui est recherché par ces experts de la terreur.

    La base du film est un fait divers, qui pourrait être banal: le touareg Kidane tue accidentellement le pécheur songhai qui a lui-même tué sa vache. Kidane est arrêté, jugé et condamné à payer le prix du sang. Ne pouvant y subvenir, la famille du pécheur lui refuse le pardon et il est condamné à mort. Le fait que les djihadistes arabes tiennent le tribunal ne change rien à l'affaire. Kidane aurait de toute façon été condamné à mort. Ce qui se joue là est de l'ordre de la confrontation singulière entre deux destins, entre deux cultures, celle des touaregs et celle des songhais, entre les nomades éleveurs et les sédentaires cultivateurs (le pécheur cultive ses filets à la merci du troupeau).

    Sur cette base du droit coutumier, Abderrahmane Sissako montre la vie quotidienne, sa lente transformation sous la férule des djihadistes qui veillent sur la longueur des pantalons des hommes, la peau des femmes, chaque chant est un blasphème et chaque tradition une idolâtrie. Les femmes peuvent être prises en récompense pour les 'bons éléments' et l'imam de la ville aura beau protester contre ces abus de pouvoir, rappeler que le djihad est intérieur, ces hommes que l'on ne voit jamais prier prétendent avoir le droit islamique pour eux.

    Chaque situation du film souligne sur un mode mineur la prétention totalitaire de ces hommes qui s'érigent en seuls juges de ce qui est licite ou ne l'est pas, de ce qui est moral ou non, de ce qui est de l'ordre du blasphème ou pas.

    Chaque résistance est petit à petit brisée, la jeune fille sera mariée, les adultérins seront lapidés, les masques seront brisés, les chanteurs seront fouettés, seule subsiste cette femme bariolée, symbole de la folie, planant sur ce monde ou symbole de la liberté qu'on ne peut vaincre ?

    Terrible avertissement pour nos sociétés qui parfois se révèlent prêtes à entendre et accepter les interdictions de blasphèmes proférées par ces partisans d'une certaine idée de Dieu. Si l'on accepte de leur donner prise, ils ne s'arrêteront pas. Leur stratégie, en Europe comme aux confins du Sahara, relève de la guerre des partisans, "épuiser" nos capacités de résistance, nous faire éprouver la peur, la défiance entre nous et pervertir notre culture en l'utilisant pour nous affaiblir. De coups de publicité en attentats, de vidéos de propagandes en interdits au nom de la foi s'affirme l'épuisement des principes d'autonomie de la raison, de liberté de conscience et d'action.

    Roland Kauffmann

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact