logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS




Retour à la page du groupe

Rencontres mensuelles : 3 ème lundi du mois à la Maison du Protestantisme, 3 Rue Claude Brousson, où l'on débat sur deux films apr mois choisis ensemble et un ou deux coups de cœur de l'un ou l'autre. Le groupe est ouvert à tous. Pour recevoir la lettre mensuelle merci de laisser votre courriel.

Le groupe Pro-Fil Nîmes propose en outre des mini-séminaire trimestriels : une journée avec projection et analyse d'un film

Contact : Joël Baumann et Claude Roshem-Smith
Maison du Protestantisme
3 rue Claude Brousson à Nîmes 30000 Nîmes

profilnimes*free.fr

Télécharger le flyer

Contribution archivée du groupe local de Nîmes

Janvier 2015

Prix du jury œcumenique Cannes 2014

Articles en ligne pour ce film :



Articles en ligne pour ce film :

Notre vie de groupe

Actualité : Malgré la violence de l''actualité, l'assassinat de journalistes, donc l'attaque de la liberté de la presse et donc de la démocratie en un sens, je propose que nous proclamions haut et fort que

  1. nous ne nous laisserons pas intimider
  2. nous ne ferons pas l'amalgame entre Islam et intégrisme islamiste
  3.  nous ne ferons pas d'amalgame entre religion et violence. Le fait religieux peut aussi être facteur de DIALOGUE, d'apaisement et d'intégration.
  4. le cinéma, regard sur la société et souvent vitrine de nos sociétés, révèle et dénonce ce qu'elle a de plus abjecte et ce qu'elle a de plus lumineux. Ce sont des traits d'espérance, aussi, que nous recherchons ensemble dans ces oeuvres que nous commentons chaque mois.

Je pense qu'apprendre à lire un film est un acte citoyen.JB

Dernière réunion : Deux films ont retenus particulièrement notre attention en décembre : Timbuktu un film de Abderrahmane Sissako, primé par le Jury oecuménique à Cannes l'an dernier, et Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar.

Pour Timbuktu, le groupe a été majoritairement séduit par son esthétisme (trop peut-être? pas un déchet qui traîne dans ce village et ce désert?), la volonté du réalisateur de décrire une situation de violence au quotidien dans un contexte de huis clos, d'enfermement... la dénonciation de l'absurdité de l'intégrisme, et le fait que les premières victimes de cet intégrisme soient les musulmans eux-mêmes. Nous avons noté une certaine douceur, un calme relatif dans la résistance. Il a été néanmoins déploré que cette résistance soit finalement révélée très passive dans le film et sans résultat apparent. Nous sommes devant un constat, un état de fait sans emprise possible. Donc pas beaucoup d'ouverture, d'espérance dans ce film d'où la question qui a été soulevée dans le groupe : pourquoi a-t-il eu le prix du Jury oecuménique? de là, un débat a eu lieu sur le rôle de ce jury et ses critères de choix.

Pour les Héritiers le débat fut plus vif. Personne ne niait la légitimité du propos mais certains y voyait une réalisation bâclée, trop lente, et un scénario irréaliste, d'autres au contraire sont bien rentrés dans ce film, y ont trouvé des qualités de sincérité qui les a émus et n'ont pas omis de préciser qu'il était ici question d'une histoire vraie qu'on ne peut donc pas remettre en cause. Seul le traitement peut être critiqué. Ce témoignage, bien que surprenant (un prof convainc une classe presque entière) est pourtant réelle et il fallait oser fédérer une classe de ce type (majorité musulmane semble-t-il) avec un sujet aussi clivant que la SHOA....

Contrairement à Entre les murs qui ne faisait que décrire une difficulté tout au long d'une année scolaire, les Héritiers propose un développement positif. Au moins un jeune dans cette classe n'est pas ressorti comme il est entré :Ahmed Drame devenu le co-scénariste du film.
Le débat s'est poursuivi (nous avons de nombreux prof ou ex prof dans le groupe) sur le contexte de cette histoire ; les classes en milieu prioritaire. Un mot de la fin a été donné, et qui résume assez bien la tonalité du film : ne pas oublier que le message central de ce film est la possibilité de vivre ensemble dans la différence... même dans une simple classe de banlieue.

Prochaine réunion : 2 février : Voici les films que nous privilégions ce mois-ci

1) Loin des hommes ( sortie 14 janvier)

2) Discount Louis Julien Petit veut faire du Ken Loach - à voir!? mais sorti le 21 janvier en national, il ne restera qu'une semaine avant notre prochaine réunion !?

3) A Capella (déjà sorti) film coréen que j'ai déjà présenté comme ayant eu le prix du jury oecuménique à Fribourg. Il n'a pas laissé beaucoup de traces dans les critiques et le public en France mais il a eu pas mal de reconnaissances dans les festivals !?

Nous rajoutons, Claude et moi, Rendez-vous à Atlit film israëlien qui semble poétique et bien joué... il risque de provoquer une vive discussion... on verra bien!? dans le passé on a eu de bonnes surprises dans le genre!

Enfin je rappelle que nous avons décidé ensemble d'une RENCONTRE 'séminaire', comme la dernière fois, chez Claude Roshem-Smith le 28 mars... on verra les détails d'horaires et de contenu plus tard.