logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS


Archive des éditos

Edito : mars 2015

Revenir sur Timbuktu

Dans l'edito précédent Jacques Vercueil rappelait les critères d'un jury oecuménique. Au lendemain de la cérémonie des Césars en France qui lui en a donné 7, dont celui du meilleur réalisateur et celui du meilleur film et des Oscars aux U.S.A. où il était cité pour le meilleur film étranger, il est légitime de rappeler qu'une fois de plus (car ce n'était pas la première) le Jury oecuménique de Cannes a récompensé avant tout le monde un film qui, selon l'expression consacrée dans tous les médias, « était reparti bredouille » du Festival international! Cela ne peut que nous conforter dans la valeur de nos choix cinématographiques et le sérieux des jurés. Timbuktu et son réalisateur Abderrahmane Sissako sont aujourd'hui sous les feux de la rampe. Il se voit soumis à des critiques violentes sur ses accointances avec le pouvoir mauritanien (il est conseiller culturel et a bénéficié de la protection de l'armée lors du tournage). Son film provoque tout à coup une polémique stigmatisant l'esthétisme occidental et l'atténuation complaisante de l'horreur islamiste dont il aurait fait preuve.*p* Par ailleurs, comme le signale Michel Ciment, le film est français pour les Césars mais mauritanien pour Cannes et les Oscars ! Je me permets de citer ici ce grand critique de cinéma : «  Sissako ne fait pas de pamphlet, ni de dénonciation directe. Il tourne une fable. Les gens veulent toujours voir un autre film que celui qu'a réalisé le metteur en scène, alors qu'il y a la place pour des longs métrages différents ». Merci Monsieur Ciment de revenir à l'essentiel !

Plutôt que de voir la manipulation partout et de chercher noise à celui qui réussit, fier d'être africain adopté par la France, pourquoi ne pas apprécier une œuvre artistique pour ce qu'elle est et un auteur pour ce qui fait sa vie ? La vie d'un homme a ses parts d'ombre, ses compromissions et ses doutes mais nous, nous jugeons l'acte sur la pellicule qu'il nous a offert et qui « éclaire l'humanité qui demeure en chaque homme. » comme le dit l'argumentaire du jury oecuménique.

Arielle Domon

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact