← Retour vers la page séminaire ←**← Retour vers la page d'accueil


Le grand silence de Philippe Gröning, 


Points de la présentation d’extraits du film « Le Grand Silence » et illustrés par deux extraits : 

Quand on parle de spiritualité, on est peu à peu conduit à évoquer le « désert », thème biblique par excellence. Nous sommes ainsi à l’opposé d’une notion du désert, qui serait un lieu hostile et même un lieu de mort ! « Préparez au désert le chemin de l’Éternel » (Esaïe). Le Christ s’est retiré au désert, Saint Paul a vécu trois ans loin de Jérusalem, après sa Rencontre avec le Christ et avant d’entreprendre ses missions…Et il y a eu les Assemblées du Désert des Camisards ! 

Un film très récent nous permet d’avoir une belle illustration de cette conception du désert. Il s’agit d’une œuvre extraordinaire qui a pour titre : « Le grand silence », de Philippe Gröning, jeune réalisateur, qui, après une attente de 16 ans, a eu l’accord des moines de « La Grande Chartreuse » pour filmer la vie quotidienne au monastère. Il y restera 1 an, vivant comme eux, et filmant au plus deux à trois heures par jour pendant 6 mois. Entre la préparation, le tournage et le montage, il se sera passé cinq ans. La longue maturation se ressent complètement dans cette œuvre, littéralement portée par l’esprit. 

La Grande Chartreuse est aussi appelée "le Désert",… ce qui nous a d’autant plus convaincu que ce film avait toute sa place dans ce séminaire. Des qualités indéniables caractérisent « Le grand silence »: 

  • Le respect, tout d’abord,rendu tangible par la bonne distance de la caméra, le temps très long donnée à chaque séquence. 
  • Le soin particulier à filmer des objets de la vie quotidienne : assiettes, casseroles, bacs, bois à couper, et instruments de travail : scie, hache, ciseaux… La bande sonore (prodigieuse) restitue la dimension, le volume, et même les lieux et leur agencement (bruits de pas, crissements du chariot qui apporte les repas) : petite maison du moine, couloirs, cloître, église, lieux de travail, réfectoire … 
  • Le souci de nous montrer la nature environnante (en hiver, au printemps, en été), changeante et porteuse de toute la beauté du monde : ainsi, le ciel étoilé, la neige qui tombe, le vent dans les arbres, les nuages qui traversent le ciel… 

Ce qui ponctue le temps, dans cette vie retirée du monde (mais, en fait, au cœur du monde !) c’est la cloche de l’église, son qui traverse l’espace clos et retentit longuement dans nos oreilles et notre être ! 

Pas de musique, pas de commentaires off, pas de lumière artificielle : « Les choix techniques ont une portée métaphysique » (Michèle Debidour), faisant référence à Robert Bresson ! L’éphémère et l’éternité se côtoient sans cesse. Nous sommes au cœur du monde et comprenons que la spiritualité s’enracine dans la fréquentation continue du Présent et dans l’observation de ce qui EST… Et les nombreuses citations bibliques, texte écrit sur l’écran, nous rappellent que Dieu nous appelle et nous attend dans la patience et « un doux et calme murmure ».

↑ Vers le haut de la page ↑

Pro-Fil, siège social: 40 rue Las Sorbès, 34070 Montpellier; secrétariat national: 390, rue de Fontcouverte, Bât. 1, 34070 Montpellier; 04 67 41 26 55; ; président: Jean Lods
ta