logo   

Retour vers l'accueil

Jorge Semprun scénariste engagé

Séminaire Pro-Fil 29 et 30 septembre 2012

Introduction au film Une femme à sa fenêtre

par Françoise Nicoladze
Séminaire Pro-Fil 2012 Pour revenir à la fenêtre précédente, il suffit de fermer celle-ci.

Pour Une femme à sa fenêtre de Granier-Deferre, sorti en 1976, Jorge Semprun a accepté d'adapter le livre de Drieu La Rochelle, paru, lui, en 1929.
  On peut s'en étonner. Drieu La Rochelle, écrivain célèbre des années 1930, directeur de la NRF pendant l'Occupation, avait choisi la Collaboration sans équivoque. Caché les premiers mois de la Libération, il refuse de s'enfuir et se suicidera en 1945, avant d'être condamné. Drieu dont André Malraux fut l'ami jusqu'à la mort était revenu désabusé et en perte d'idéal de la guerre de 1914-18. Il hésita entre le communisme et le nazisme, attiré par la force de l'un et de l'autre. Devant l'hégémonie du communisme –léninisme il cherche une solution aux démocraties qu'il juge sclérosées. Il croit la trouver dans la possibilité d'un empire européen, entre URSS et Etats-Unis, réalisé par le nazisme. Ayant épousé une israélite, son antisémitisme ambigu lui fera protéger des amis juifs : il n'est pas le salaud absolu. Jorge Semprun en fait un personnage secondaire du film, définitivement désabusé.
  Le scénariste a vu surtout, dans l'intrigue du roman, à côté de l'histoire d'amour en triangle, la construction d'un beau personnage de militant : Michel Butor, communiste traqué, sauvé par la belle Margot Santorini. Ce portrait s'inscrit dans la montée des fascismes européens, sous la dictature de Metaxas et la résistance qui leur fut opposée. Cet anachronisme par rapport au roman de Drieu, ce changement de perspective puisque le film se passe alors en 1936 modifie aussi la temporalité du récit avec ses flashbacks et forwards alors que la narrativité était linéaire chez Drieu. Notons aussi le remaniement des dialogues avec la spécificité et l'humour sempruniens, comme l'ajout de scènes en France, en 1944, suite inattendue et bien sur, absente chez le romancier. Pourtant, il n'y a pas de réelle infidélité : tout est tiré du texte dont Semprun s'empare et qu'il prolonge.
  Un mot sur le lieu. C'est à Athènes et à Delphes que se situe l'action du roman de Drieu, sous un régime de droite autoritaire, sans plus. La Grèce en lutte a été une préoccupation de Jorge Semprun dès 1944. Dans Quel beau dimanche !,  il a rendu un bel hommage à Elektra Apostolou, inoubliable figure de la résistance grecque aux nazis. Jorge Semprun écrira : "Et le ciel sera sur le cadavre d'Elektra comme une soie blanche et bleu..;".  Sauvagement torturée, elle n'opposa à ses bourreaux qu'une réplique douloureuse et fière : "Je suis grecque" que Melina Mercouri reprendra dans une chanson émouvante que notre génération a aimée.
  Par ailleurs, dans le même livre mémoriel, Jorge Semprun rappelle l'inquiétude de ses copains de Buchenwald, au camp. Ils ne comprennent pas l'écrasement des partisans grecs de l'ELAS, la branche armée du PC grec car ils ignorent à ce moment que Staline a abandonné les deux tiers de la Grèce à Churchill contre la Roumanie. Au cours de la première guerre civile de 1944, ce sont les Anglais qui soutiendront le gouvernement de droite et le roi, poursuivant les communistes qui avaient contribué à la défaite d'Hitler. La fin du film y fait allusion comme vous le verrez.   La Grèce, c'était donc, comme l'Espagne ou l'histoire communiste, "son affaire". Ce beau film, illuminé par le jeu de Romy Schneder, "respire, comme l'écrit Felipe Aparicio Nevado, la présence de Jorge Semprun par tous les pores de la pellicule". Voyons donc comment la matière semprunienne a transmué dans le film.

Le contexte historique :

1. La montée des fascismes en Europe

-1922 : Mussolini institue un état totalitaire en Italie.
-1933 Prise de pouvoir légale du chancelier Adolphe Hitler en Allemagne.
-1936 : Le Général Metaxas instaure la dictature en Grèce.
-1936 : Pronunciamiento du Général Franco contre la République Espagnole (Front populaire).

Organisation et résistance des militants socialistes et communistes.
En France le Front Populaire arrive au pouvoir avec Léon Blum.

 2. La Grèce et la Deuxième guerre mondiale

-1940 : La Grèce est occupée par l'Italie puis, en 1941, l'Allemagne.
-1944 : Défaite allemande par la Résistance, animée par les communistes (ELAS)
              et soutenue par les Anglais.
              Première guerre civile : Staline abandonne la Grèce à Churchill,
              les Anglais soutiennent le gouvernement de droite contre les communistes.

Dans ce film, outre le changement d'époque par rapport au roman, la construction narrative n'est pas linéaire mais s'appuie sur "des bonds en avant  et des bonds en arrière", ("flashback et flashforward", ou "analepse et prolepse")  procédé semprunien par excellence.
Cette adaptation nous a paru intéressante pour illustrer la dialectique entre fidélité et invention au cinéma.

Une femme à sa fenêtre

  • Pierre Granier-Deferre. 1976
  • D'après le Roman de Pierre Drieu La Rochelle 1929, Gallimard
  • Adaptation : Jorge Semprun et Pierre Drieu La Rochelle
  • Dialogues : Jorge Semprun
  • Musique : Carlo Rusticelli
  • Photographie : Aldo Tonti
  • Avec :
    • Romy Schneider (Margot Santorini)
    • Philippe Noiret (Raoul Malfosse)
    • Victor Lanoux (Michel Boutros)
    • Umberto Orsini (Rico)
    • Gastone Moschin (Primoukis)

Deux nominations aux Césars 1977 : Meilleure Actrice et Meilleur Montage

Télécharger les autres textes:

Retour à la page d'accueil du séminaire