logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"


Formation au débat filmique - novembre 2016 - Montpellier

   

Journée de formation au débat filmique, Montpellier, le 16 novembre 2016

18 participants

4 formateurs

1 rapporteur

Dès le début de la journée, au cours de la consultation des participants prévue sous forme de questions préliminaires préparées par le groupe d'Issy-les-Moulineaux, une particularité est apparue dans notre groupe : les inscriptions à cette journée concernaient les 2 groupes Pro-Fil et des membres de l'équipe du Festival Chrétien du Cinéma. On a rapidement constaté que deux situations différentes allaient nous intéresser selon l'une ou l'autre association.

L'assemblée d'une salle de cinéma avec les réactions d'un public, à chaud après le film pour le FCC et la bienveillance d'un groupe Pro-fil qui a digéré le film plusieurs jours avant la réunion. Mais dans les deux cas l'impulsion de l'animateur est essentielle, ainsi que les connaissances qu'il doit maîtriser sur le réalisateur et le cinéma en général. Il doit réussir à faire émerger les diversités intellectuelles de son auditoire.

Voir en annexe les résultats de la consultation préliminaire.

Travail en groupe :

Après la projection : Deux groupes sur quatre ont désigné le secrétaire de séance dès le départ. Les autres rôles seront définis plus tard. Le plus urgent étant d'échanger ses impressions personnelles sur le film. Deux visionnages sont nécessaires ou au moins revoir la scène finale, la chute d'un court-métrage étant essentielle. Bien sûr, chacun a pris des notes pendant la projection. Le formateur a une meilleure connaissance du réalisateur et répond aux besoins d'éclaircissement sur la technique.

Le travail de préparation implique des préoccupations récurrentes pour l'animateur :

  • Relever les scènes importantes

  • Trouver les bonnes questions et surtout la première, pour bien démarrer

  • Prévoir un timing, même si la discussion part dans une direction imprévue, il faudra gérer

  • Faire parler tout le monde (pour un groupe Pro-Fil)

  • Un groupe choisit de sortir du cadre Pro-Fil car dans une salle le public est plus difficile, alors autant s'attaquer à cette option.

Séance plénière :

Quarante minutes de débat pour chacun des quatre groupes - en tant que rapporteur, j'ai noté ce qui revient le plus souvent dans ces animations :

Normalement une personne présente, une personne anime, une personne modère mais dans deux cas la même personne a regroupé les tâches.

  • Dans la présentation peut-on se permettre d'émettre un jugement de valeur (question que je me pose en tant que rapporteuse) ?

  • L'amorce du débat se fait soit par le premier et dernier plan, soit par une réaction globale sur le film (le sujet en une seule phrase)

  • Y a t-il évolution dans le scenario, quel est le moment fort, le moment de bascule ?

  • Place de la musique, à signaler même si on ne s'en souvient pas toujours

  • Relancer la discussion sur les personnages est plus facile que se concentrer sur une scène, surtout pour ceux qui n'ont vu le film qu'une fois

  • Enumération des thèmes

  • Rebondir sur l'interprétation nouvelle d'un spectateur

Synthèse de ce que les groupes ont retenu des animations:

  • Le point essentiel est de diriger la discussion sans être directif, d'être attentif à ce qui est dit sans interrompre avec son propre avis et ne pas faire les questions/réponses.

  • Il ne faut pas craindre les silences dans la salle, mais laisser le temps de la réflexion

  • L'autorité s'acquiert avec la pratique. L'animateur a lancé des pistes mais il passait trop vite à la suivante, déstabilisé par le fait que certains ne suivent pas son raisonnement.

  • La difficulté de ne pas maîtriser la discussion s'est fait sentir quand l'animateur n'a pas aimé le film.

  • Quand le débat nous échappe, on peut toujours revenir sur la technique, quelle que soit la direction prise.

  • L'angoisse de ce qu'on a pas dit et des questions qui n'ont pas été posées, doit être gérée par l'animateur qui ne doit pas se rabattre sur ses papiers, dans une salle de cinéma.

  • A l'inverse, rebondir sur les questions et réponses du public entraîne un foisonnement de réactions et peut emmener l'animateur ailleurs ou plus loin qu'il imaginait.

  • Il est parfois appréciable de noter les dialogues importants pour le spectateur qui ne les a pas bien entendu !

  • Le bienfait primordial ressenti par les participants est de constater l'évolution des opinions au cours du débat : « c'est une porte qui s'ouvre sur une autre interprétation qui enrichit ». On a même évoqué que, dans le partage, c'est un deuxième film qu'on voit ou d'une différente façon.

  • Un petit débat a partagé les opinions sur le fait d'attirer l'attention en conseillant déjà des pistes ou bien de faire une présentation très courte avant le film. Il s'avère que chacune des attitudes est un choix volontaire et assumé par la personne qui s'engage dans l'animation.

Questionnaires

Questions de la consultation préliminaire :

Question 1 : Ce que vous attendez avant tout de la conduite d'un débat, de la part du groupe et de l'animateur

Réponses :

      1. Ecoute mutuelle dans le groupe

      2. Analyse cinématographique ( de ce qu'apportent les images, du réalisateur, du contexte du film)

      3. Dégager les thèmes du film

      4. la position de l'animateur : qu'il soit attentif à chaque personne

      5. Rebondir aux questions soulevées, susciter la parole et favoriser l'expression sans jugement

Question 2 : Ce qu'il faut éviter à tout prix dans la conduite d'un débat

Réponses :

      1. Se borner à raconter le film

      2. Imposer sa vision en empêchant la participation des autres

      3. Accaparer la parole (l'animateur ou un participant) = apparait 10 fois !

      4. Les empoignades entre les participants ou ceux qui pourrissent l'argument de l'animateur dès le départ

      5. se laisser déborder par des diversions (raconter sa vie, faire un cours magistral)

Question 3 : Points que vous souhaitez voir abordés dans le contenu d'un débat

Réponses :

      1. 10 réponses souhaitent approfondir le côté technique (structure du film, image, musique, construction du scenario, réalisation)

      2. Comprendre la connexion entre le thème et les images

      3. Par quel procédé cinématographique le réalisateur fait passer son message (langage technique au service du sens)

      4. La distance nécessaire à prendre pour l'analyse

      5. Réception du film par par les publics du pays et d'ailleurs

      6. souligner le regard humaniste et spirituel – Pour certains cela doit venir du public.

Questionnaires d'évaluation = 16 exemplaires recueillis

Question 1 : Cette session a-t-elle répondu à vos attentes ?

Réponses : 5 : complètement – 11 : largement

Question 2 : Les informations données en introduction à la journée etaient-elles ?

Réponses : 15 satisfaisantes – 1 insuffisante

Question 3 : La séance de travail sur ce que vous attendez ou ce dont vous ne voulez pas dans une discussion vous a-t-elle paru ?

Réponses : 16 utiles et intéressantes – 1 d'un intérêt moyen

Question 4 : Le travail en atelier vous a t-il paru enrichissant ?

Réponses : 16 beaucoup – 1 un peu

Question 5 : Les films étaient-ils bien choisis ?

Réponses : 16 oui – dont 1 précise 3 sur 4

Question 6 : La séance de l'après-midi vous a-t-elle apporté ?

Réponses : 14 beaucoup – 2 un peu

Question 7 : Auriez-vous préféré plus d'exposés et moins de travaux pratiques ?

Réponses : 16 non

Question 8 : Auriez-vous souhaité plus d'informations techniques ?

Réponses : 9 oui – 6 non – 1 ne se prononce pas. Quatre « oui » précisant qu'il n'y avait pas assez de temps et que ce serait pour une autre fois !

Arielle Domon

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr