logo

Pro-Fil

"Protestant et Filmophile"



Le jour d'après

The Day After Tomorrow, film de Roland Emmerich (Etats Unis 2004, 2h04)

Le réalisateur allemand Roland Emmerich (1955, Stuttgart) étudia le cinéma à Munich. En 1984, son film d'étudiant Le Principe de l'arche de Noé figura en compétition officielle à la Berlinale. Il travaille aux États-Unis à partir de 1990. Féru de films-catastrophe, il obtint avec Independence Day (1996) un succès phénoménal. Son Godzilla (1998) répondait aux essais nucléaires français dans le Pacifique. Volontiers militant (écologie, LGBT, Afrique, Obama...) son parcours peut surprendre (2012, la fin du monde selon le calendrier maya...).

Résumé : Une perturbation dûe au réchauffement climatique crée une sorte de puits atmosphérique par où s'engouffre le froid intersidéral : la Terre se retrouve dans les conditions de l'ère glaciaire. Un climatologue compétent et courageux affronte un politicien qui cherche à minimiser les risques pour ne pas perturber les affaires courantes...

Analyse : Ressorti sur les écrans de salles et de télévision à l'occasion du sommet mondial sur le climat réuni à Paris, la COP21, voilà un film qui fait tout pour nous convaincre des dangers de poursuivre nos habitudes de consommation et de production. Il met l'accent sur le contraste entre les scientifiques, informés et compétents, et certains politiques puissants qui s'arc-boutent sur les incertitudes inévitables pour privilégier la poursuite du tout économique. Le film donne tort à ces derniers.

La première qualité d'un film est d'être captivant, et c'est le cas ici : amour paternel et filial, solidarité, courage et sacrifices héroïques d'une part ; épisodes catastrophiques à grand spectacle, statue de la Liberté enneigée jusqu'au cou, tsunami déferlant entre les gratte-ciels de Manhattan, glaciation cristalline de l'Empire State Building... tout ceci avec un prudent dosage de minorités. Le travail de maquettes et d'effets spéciaux est éblouissant, et réconfortant le choix de la Bibliothèque du Congrès comme dernier refuge pour l'humanité (ce qui date un peu ce film pourtant assez récent : qui irait aujourd'hui chercher ailleurs que sur un smartphone la prescription antisepticémique ? )

Comme personne n'est parfait, on pourra trouver que des loups dans les coursives d'un cargo russe échoué sur la 42° rue, ou la conversion finale du méchant vice-président soudain amené à la sagesse par son accession à la magistrature suprème, sont des bricolages qui poussent le bouchon un peu loin. Mais Emmerich a réalisé un film spectaculaire, haletant, à la fin heureuse (bien qu'un peu suspendue dans les nuages) et qui met au premier plan l'objectif de la COP. Reste à savoir si le processus compliqué qu'il a fallu imaginer pour provoquer les événements extrèmes auxquels on assiste, permettra aux spectateurs de faire le pont avec les poubelles à tri et les circuits courts de distribution plus proches de leur quotidien...

Jacques Vercueil

Fiche technique : scénario de Roland Emmerich et Jeffrey Nachmanoff ; image de Ueli Steiger ; montage de David Brenner ; musique de Harald Kloser ; distribution France par UGC-Fox Distribution (UFD).

Interprétation : Dennis Quaid (Jack Hall), Sela Ward (Lucy Hall doctoresse), Jake Gyllenhaal (Sam Hall leur fils), Emmy Rossum (Laura), Arjay Smith (Brian Parks), Tamlyn Tomita (Janet Tokada), Ian Holm (Rapson le professeur écossais), Kenneth Welsh (le vice-president)

Mentions légales

Vie privée

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier - -

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier - 04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr