logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Luis Buñuel - Scénario : Buñuel et JC Carrière - Photographie : Edmond Richard - Montage : Hélène Plemiannikov - Son : Daniel Brisseau - Distribution France : Carlotta Films.

Avec :
Fernando Rey (L’ambassadeur) ; Paul Frankeur (M. Thevenot) ; Delphine Seyrig (Mme Thevenot) ; Bulle Ogier (Florence) ; Stéphane Audran (Mme Sénéchal) ; Jean-Pierre Cassel (M. Sénéchal).

Le charme discret de la bourgeoisie

1972, 100min.

Réalisation : Luis Bunuel

Biographie :

Luis Buñuel (1900-1983) est un réalisateur et scénariste espagnol naturalisé mexicain. A la fin du cinéma muet, surréaliste d’avant-garde travaillant avec Salvador Dali et André Breton, il réalise un court métrage, Chien andalou (1929). Il réalise ensuite une série de courts, moyens et longs métrages, (34), tournés en Europe et au Mexique, dans tous les genres, dans lesquels se manifeste son caractère iconoclaste et subversif. Le Charme discret de la bourgeoisie a obtenu l’Oscar du Meilleur film étranger en 1973. Buñuel est considéré comme l’un des réalisateurs les plus importants et les plus originaux de l’histoire du cinéma.

Résumé :

Des amis issus de la grande bourgeoisie s’invitent à dîner régulièrement mais le dîner sera sans cesse repoussé pour des raisons tout aussi absurdes les unes que les autres. Chaque fois que les six amis arrivent à se retrouver, une circonstance imprévue va interrompre leur repas …

Analyse :

Le charme discret de la bourgeoisie est un des films les plus fameux de la période française de Buñuel. Il porte la marque surréaliste chère au réalisateur, mais est également onirique et d’un profond réalisme. Ces bourgeois sont très vraisemblables, presque sympathiques, mais exactement comme Buñuel les déteste, hypocrites, pas très honnêtes (ils trafiquent de la drogue avec l’ambassadeur d’un pays imaginaire d’Amérique latine qui accueille des criminels nazis et que ce dernier trouve « raffinés »), superficiels, futiles, idiots ou minables, racistes, méprisants envers le petit peuple. Il donne libre cours, avec un humour féroce, un regard ironique et mortifère, à tous ses thèmes critiques favoris, le couple et l’infidélité, le clergé, l’armée, les idées réactionnaires. Le film est fondé sur un principe simple : la répétition à l’infini de l’interruption des situations.À sept reprises le dîner est interrompu mais chaque fois avec des situations de plus en plus extraordinaires, violentes et absurdes. Dans ces répétitions en surgissent d’autres qui viennent tantôt du rêve, ou plutôt du cauchemar, comme ce dîner où ils sont attablés et se retrouvent soudain sur une scène de théâtre face à un public qui attend les répliques qu’ils ne connaissent pas et qui finit par les siffler, ce qui renvoie à la vacuité de leur milieu factice plein d’artifices, tantôt de l’absurde, comme cette brasserie où il n’y a plus de café, ni de thé, ni de verveine, mais seulement de l’eau, ou encore la marche inexpliquée de ces six bourgeois cheminant le long d'une route de campagne, désespérément droite, qui semble aller nulle part ; vers la mort ? Car la mort est également omniprésente, comme l’auberge transformée en salle mortuaire, ceux qui tuent, comme cet évêque meurtrier ou ces terroristes, ceux que l‘on tue ; cette classe bourgeoise ignorerait-elle qu’elle est morte ? La critique de cette société est irrévérencieuse, truculente, drôle, légère, d’une ironie discrète, servie par une construction rigoureuse et une mise en scène précise et brillante. Un film complexe, audacieux, étrange, qui mêle rêve, réalité, fantastique, absurdité des situations, hors de toute rationalité, qui engendre un certain malaise accentué par la quasi absence de musique, mais qui a un charme qui n’est pas discret et qui n’est certes pas celui de la bourgeoisie. 

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film

  • Bunuel aux fournaux Jean Lods