logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation :Federico Fellini - Scénario : F. Fellini, Ennio Flaiano, Tullio Pinelli, Brunello Rondi, Pier Paolo Pasolini - Photographie : Otello Martelli - Montage : Leo Catozzo - Musique : Nino Rota - Production : Riama Films - Distribution France : Consortium Pathé.

Avec :
Marcello Mastroianni (Marcello Rubini, journaliste) - Anita Ekberg (Sylvia) - Anouk Aimée (Maddalena) - Alain Cuny (Steiner) - Magali Noël (Fanny).

La Dolce vita

Italie, 1960, 160min.

Réalisation : Federico Fellini

Biographie :

L’Italien Federico Fellini (1920-1993), est l'un des réalisateurs les plus illustres de l’histoire du cinéma. Ses films se caractérisent par le foisonnement des thèmes et du récit, l'artificialité revendiquée de la mise en scène et l'absence totale de frontière entre le rêve, l'imaginaire, l'hallucination et la réalité. Auteur de vingt et un longs métrages, tous très connus, il a remporté la Palme d’or à Cannes pour La Dolce Vita (1960), ainsi que 4 Oscars. En 1993 il a obtenu un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

Résumé :

Dans une Rome décadente vouée au plaisir, l’errance d’un journaliste de la chronique mondaine.

Analyse :

Pourquoi La Dolce Vita est-il devenu un film culte ? Ce n’était pas évident. À sa sortie en Italie ce film sulfureux a provoqué un grand scandale dans la population visée, une bourgeoisie qui ne supporte pas la critique. Mais le film a remporté rapidement un très grand succès, notamment à Cannes. Ce talent reconnu a des raisons objectives.

Ce qui fascine chez Fellini c’est son sens de la démesure, son imagination débridée sans autre limite que son talent, sa brillante exagération des évènements vus au prisme d’une folie « fellinienne ». Dès la scène d’ouverture on est happés par cette folie : un hélicoptère transporte un christ dans les airs. Où va-t-il ? On ne le saura jamais. Mais qu’importe, le ton est donné. Il nous plonge ensuite au cœur de son époque dont il nous restitue toute l’énergie, toute la démesure. Il s’attache à une classe sociale dépravée, vivant dans le luxe, l’insouciance, l’extravagance, en perpétuel mouvement, qui fait des fêtes démesurées, croquant la vie à pleines dents comme si ce jour était le dernier. Une société décadente, débauchée, corrompue, en mal de vivre, qui assouvit tous ses désirs, une époque en perdition. Il s’en dégage un profond désenchantement, une infinie tristesse, une interrogation sur le sens de la vie et le temps qui passe. « C’est quand le silence de Dieu tombe sur les gens » dira un prêtre à Fellini. Tout n’est qu’artifice, jusqu’au personnage de Steiner, bel intellectuel qui ne croit qu’en l’harmonie d’un monde représenté par l’art, autre forme d’artifice. Le réalisateur fait un constat lucide, amer et plein d’inquiétude, mais a l’habileté de ne porter aucun jugement ni moral ni politique. Le salut serait-il dans le regard candide de la jeune serveuse en fin de film ? Fellini nous laisse en tirer les conclusions qu’il nous plaira.

Avec une maîtrise d’une maturité achevée, une beauté formelle éblouissante, un magnifique noir et blanc, le maestro nous offre, avec ce film flamboyant, un des chefs d’œuvre absolu de l’histoire du cinéma. 

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film

  • Les signes dans le ciel Roland Kauffmann
  • Cannes 2012: Les oubliés du palmarès Jean-Michel Zucker
  • La femme dans le cinéma Alain Le Goanvic