logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Benjamin Christensen - Photographe : Johan Ankerstjerne - Montage : Edla Hansen.

Avec :
Benjamin Christensen (le diable), Astrid Holm (Anna), Ella La Cour (magicienne).

La sorcellerie à travers les âges (Häxan)

1922, 87min.

Réalisation : Benjamin Christensen

Biographie :

Le Danois Benjamin Christensen (1879-1959) est considéré, comme Carl Theodor Dreyer, comme l’un des maîtres du cinéma muet. En France on lui connaît surtout son œuvre-phare La Sorcellerie à travers les âges. Il réalisa également sept films aux États-Unis.

Résumé :

Ce film, mi documentaire mi fiction, étudie la sorcellerie et le satanisme depuis l’antique Perse jusqu’à l’époque moderne.

Analyse :

Après un court début en Perse et en Egypte, le film se consacre essentiellement à la période médiévale en Europe. Le réalisateur nous montre les représentations de l’enfer et des supplices des damnés à travers l’iconographie du Moyen Age. Puis nous entrons dans la fiction : une femme dont le mari est malade croit qu’il a été ensorcelé et l’on suit tout le processus, qui se retournera contre les premiers dénonciateurs. En dépit, mais aussi grâce aux outrances du film muet, nous sommes transportés dans un monde où la logique ne pèse pas lourd face à l’obscurantisme. La sorcière est vieille et laide, ou bien jeune et jolie car le Malin est très malin et il se cache là où on ne l’attend pas ! On assiste à quelques scènes étonnantes. Dans une cuisine de sorcière se préparent des recettes à base de crapauds et de cadavres de nouveaux nés. Plus loin ce sont des chevauchées de sorcières sur leurs balais, des bacchanales de sorciers et sorcières et surtout la présence des moines de l’Inquisition dont certains sont eux même ensorcelés ! Cette charge contre cette institution qui fit 8 millions de morts au Moyen Age est particulièrement réussie. La torture est très détaillée et très efficace, une sorcière en dénonçant en moyenne 10 autres !

Dans la dernière partie du film, le réalisateur essaye de nous montrer que la sorcellerie existe encore de nos jours et que bon nombre de gens auraient pu être été conduits au bûcher 600 ans auparavant. La sorcellerie, indique Christensen en 1922, s’appelle hystérie et les sorciers sont conduits à l’asile.

Le film est dans le domaine public et peut être vu ou téléchargé librement surwww.archive.org

 

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Religion, violence et cinéma Joël Baumann