logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur : Sang-Ho Yeon - Scénario : Joo-Suk Park - Musique: Young-Jyu Jang - Photographie: Hyung-Deok Lee - Montage: Jin-Mo Yang - Distribution France: ARP Sélection.

Avec :
Gong Ho (le père), Soo-Anh Kim (la petite fille), Eui-Sung Kim (le mari), Yumi Jung (la femme enceinte).

Dernier train pour Busan (Bu-San-Haeng)

2016, 118min.

Réalisation : Sang-Ho Yeon

Biographie :

Song-Ho Yeon est né en 1978 à Séoul où il fera des études de peinture. Il commence sa carrière au cinéma par deux films d’animation King of pigs (2011) et The fake (2013). Dernier train pour Busan a été présenté en séance de minuit au festival de Cannes en 2016.

Résumé :

Un virus inconnu se répand en Corée du sud, l'état d'urgence est décrété. Les passagers du train KTX, l’équivalent de notre TGV, se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu'à Busan, l'unique ville où ils seront en sécurité...

Analyse :

Dès le début du film nous sommes mis dans l’ambiance. Sur une route déserte, une camionnette écrase une biche, que l’on voit ensuite dans une mare de sang. Peu de temps après, la biche se tord, se relève et s’en va…les yeux tout blancs ! C’est bien un film catastrophe avec son flot d’hémoglobine, de zombies assoiffés de sang mais stupides et d’effets spéciaux ; s’enchaînent des scènes impressionnantes mais, finalement, assez banales car déjà vues dans d’autres films du même style. La spécificité de Dernier train pour Busan est que l’action se passe dans l’espace clos du train qui relie Séoul à Busan, où des zombies sont montés subrepticement à bord au dernier moment. Mais ici le propos du réalisateur n’est pas manichéen comme dans des films américains où le ‘gentil’, en général membre du FBI, tue tous les ‘méchants’. Les personnages sont des hommes et des femmes ordinaires avec leurs qualités et leurs défauts et cela fait le vrai intérêt du film. L’un des personnages principaux est un cadre financier surchargé de travail. Il est divorcé et a beaucoup de mal avec sa petite fille (interprétée par une future grande actrice!). Il prend le train pour la raccompagner chez sa mère. On va voir progressivement revenir l’humanité en cet homme devenu égoïste et son évolution est rendue avec beaucoup de finesse. A un autre moment un jeune membre d’une équipe de base-ball refusera de frapper un de ses camarade devenu zombie…et il en mourra ! De même un mari défendra sa femme enceinte jusqu’à en périr. L’horreur devient secondaire devant le comportement des survivants qui cherchent à sauvegarder leur dignité d’êtres humains et c’est cela qui fait la force du film.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Le cinéma fasciné par les virus Jean Wilkowski