logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur : George A. Romero - Scénario: Romero, John Rosso - Photographie et montage: George Romero - Musique: Scott Licina - Production : Laurel Production.

Avec :
Duane Jones (Ben), Judith O’Dea (Barbara), Karl Hardman (Harry), Marylin Eastman (Helen).

La nuit des morts-vivants (The Night of the Living Dead)

Etats-Unis d'Amérique, 1970, 96min.

Réalisation : George A. Romero

Biographie :

George A. Romero (1940-2017) est né à New York et a fait des études de cinéma à Pittsburg. Avec seulement 114 000 dollars, il réalise La nuit des morts vivants en 1968 : ce film devenu culte rapportera 5 millions de dollars. Par la suite Romero se spécialise dans les films d’épouvante, parmi lesquels 5 suites de son premier film. Il collabore aussi avec Stephen King et réalise ainsi Creepshow (1962) et La part des ténèbres (1992).

Résumé :

Chaque année, Barbara et Johnny vont fleurir la tombe de leur père. La nuit tombe. Soudain, un homme étrange apparaît. Il s'approche de Barbara puis attaque Johnny, qui tombe et est laissé pour mort. 

Analyse :

Pendant longtemps, les morts-vivants, appelés aussi zombies, d’après le folklore vaudou haïtien, ont inspiré le cinéma mais n’ont produit que des séries Z. Et cela jusqu’en1968, quand est sorti La nuit des morts vivants, le premier de ce genre à crever l’écran et incontestablement le plus célèbre. Dès la première scène, l’angoisse commence : la route est longue, les environs du cimetière déserts. Peu enclin à prier, Johnny se souvient du temps où il était enfant et où il s'amusait à effrayer sa soeur en répétant d'une voix grave : "Ils arrivent pour te chercher, Barbara !" Après l’agression et la mort de son frère, Barbara s'enfuit et se réfugie dans une maison de campagne. Elle y trouve Ben, ainsi que d'autres fugitifs : un couple et leur fille mourante et deux jeunes gens. Le film sera alors un long huis-clos nocturne dans la maison cernée par les zombies. Le caractère des protagonistes va se révéler avec son cortège d’héroïsme, de lâcheté et de racisme. La notion d’amour familial est particulièrement étudiée : comment réagiront des parents devant leur enfant devenu un monstre ? Ou encore que fera une sœur confrontée à un frère qui cherche à la dévorer ? Romero donne à chaque fois des réponses originales. L'acteur principal est un jeune Afro-américain, un choix rare à cette époque marquée par la ségrégation aux Etats-Unis et l’assassinat de Martin Luther King en 1968.

Voici un film très intéressant dans un genre généralement peu fréquenté.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • L'étrange et la peur Jean Lods