logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :

Réalisation et scénario : François DuAvec :
Avec : Marie Payen, Eric Caravaca

Inguélézi    

France, 2004, 97min.

Réalisation : François Dupeyron

Biographie :

François Dupeyron aime faire des films dérangeants. Il se définit lui-même comme "handicapé" c'est-à-dire "incapable de faire autrement ce que je fais". Et l'un de ses leit-motiv est : comment renaître à la vie quand tout est fini. Thème que l'on trouve dans "Drôle d'endroit pour une rencontre" (1988), "C'est quoi la vie ?" (1999) et "La chambre des officiers" (2001). "Inguélézi" est son quatorzième long-métrage.Résumé :

Geneviève vient de perdre son mari, elle est totalement désemparée. Débarque dans son existence, un clandestin kurde, qui cherche à gagner l'Angleterre. D'abord hésitante puis consentante elle le prend en charge pour le conduire jusqu'à Londres où il espère retrouver des "contacts".

Analyse :

La caméra nous chahute dès le départ nous faisant vivre "physiquement" le désarroi et la douleur de Geneviève, qui ne peut se résigner à participer à la cérémonie du cimetière et court chercher dans la nature un endroit où crier sa douleur. Ces images chaotiques et agitées nous accompagneront tout au long de son périple vers l'Angleterre. Et c'est peut-être un reproche que l'on peut faire à F. Dupeyron : n'avoir pas suffisamment varié sa manière de filmer, au risque de faire perdre peu à peu leur signification à ces images heurtées. Il s'en dégage tout de même et dès le début un grand pouvoir de suggestion de l'état émotionnel dans lequel se trouve la jeune femme, à la suite de son deuil, et dans la confrontation à cette situation inédite et questionnante : que faire pour ce clandestin que le hasard d'un accident de la route lui a fait rencontrer. Dupeyron choisit aussi de nous déranger par l'absence totale de sous-titres, aussi bien lorsque s'exprime en kurde le clandestin, qu'en Angleterre lorsque Geneviève et son compagnon cherchent les contacts. Comment mieux faire vivre une situation de non communication qu'en nous confrontant nous-même à cette incompréhension dans laquelle se trouve la jeune femme vis-à-vis de l'homme qui lui parle avec insistance mais sans effet... Peu à peu vont s'instaurer d'autres modes de communication.

Le deuil de Geneviève commence avec ces quelques vêtements d'homme qu'elle lui donne. Il se poursuit dans ce long voyage vers le nord et les brumes de l'Angleterre. Il se confirme comme inéluctable dans cette image où elle bute sur une pancarte "voie sans issue", alors qu'elle suit en voiture le kurde qui s'éloigne. Elle peut alors retourner chez elle et reprendre sa vie avec sa petite fille.

Par ses caractéristiques formelles et son sujet, ce film mérite l'attention du public, ainsi que par son mode non traditionnel de distribution.

Maguy Chailley

Autres articles sur ce film