logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : David Roux – Image : Augustin Barbaroux – Montage : Benjamon Favreul – Musique : Jonathan Fitoussi - Distribution France, Pyramide.

Avec :
Jérémie Rénier(Simon), Marthe Keller (Mathilde, la mère), Zita Hanrot (Agathe), Alain Libolt (Sylvain, le père), Maud Wyler (Julia, la sœur), Frédéric Epaud (Fred).

L'ordre des médecins

France, 2019, 93min.

Réalisation : David Roux

Biographie :

David Roux (Paris, 1977), fils et frère de médecins, a été journaliste de théâtre, assistant réalisateur et responsable littéraire d'une société de cinéma. Après des courts métrages en 2012 et 2014, L'ordre des médecins est son premier long.

Résumé :

Simon, 37 ans, médecin hospitalier aguerri, est habitué à côtoyer la mort dans son service de pneumologie. Mais voilà que sa propre mère est admise, en condition grave, dans une unité voisine. Pour lui, tout change.

Analyse :

Dans un entretien, David Roux explique que l'Ordre veut évoquer ici, non pas l'instance régulatrice de la profession, mais l'engagement vital des professionnels de la santé, comme autrefois au sein des Ordres de moines-chevaliers.

Le film nous plonge dans le huis clos d'un univers gigantesque, complexe et vorace où surgissent couramment des situations qui, ailleurs, sont effrayantes et exceptionnelles. Le personnel médical et hospitalier, pour défendre la vie et combattre la souffrance, doit aussi préserver, face au risque et au malheur, la distance nécessaire pour décider et agir juste et vite. Mais l'immersion des spectateurs dans ce monde à part se fait aussi à travers les moments faibles, dans les couloirs et les pas innombrables, les temps perdus contre l'urgence, dans l'attente, la paperasse, ou encore les besoins de détente. Cela nous emporte aussi dans le moins visible, les souterrains, les locaux techniques, la tuyauterie organique. Un réalisme très crédible, et dont on apprécie le respect pour chacune et chacun.

Mais il s'agit dans ce film de la famille autant que de l'hôpital, et de cette relation unique qui s'y forme et qui impose à Simon ses priorités par-dessus toute autre. Quand sa mère tombe malade, il lui faut redonner un sens nouveau aux certitudes professionnelles qui avaient étayé sa vie. La confrontation désormais incontournable de Simon à son impuissance donne une dimension métaphysique à son parcours. La survenue d'une chorale amie auprès de sa mère l'exprime par les actes et la musique.

L'interprétation de Jérémie Rénier dans ses deux aspects de professionnel responsable et de fils désarmé est particulièrement remarquable.

 

Jacques Vercueil

Autres articles sur ce film

  • Trentième automne (J. Vercueil)
  • L'ordre des médecins (J. Vercueil)