logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur, scénariste, producteur : Night Shyalaman. Musique : West Dylan Thordson. Photographie: Mike Gioulakis. Montage: Blu Murray. Distribution: The Wall Disney Companie France.

Avec :
Interprètes: Samuel L. Jackson (Elijah), Bruce Willis (David), James McAvoy (la Bête, entre autres), Sara Paulson (la psychiatre).

Glass

Etats-Unis d'Amérique, 2019, 129min.

Réalisation : Night M. Shyamalan

Biographie :

Night Shyalaman est né en 1970 à Pondichéry (Inde). Il passe son enfance aux USA. Après un premier film, Praying for anger en 1992 qui retrace son retour en Inde, il se spécialise dans les films traitant de phénomènes paranormaux avec lesquels il rencontre un énorme succès international, notamment : Signes (2002), Le village (2004), Phénomènes (2008). The visit (2012). 

Résumé :

Trois hommes se prenant pour des super-héros sont enfermés dans un hôpital psychiatrique. Le premier est le Mal, le second le Bien et le troisième le Manipulateur…

Analyse :

Glass est le troisième film d’une trilogie (je ne l’ai appris qu’après avoir vu le film). Est-ce pour cela que le scénario est difficilement compréhensible ? Non, et d’ailleurs on se désintéresse rapidement de ce qui arrive aux trois protagonistes pour se plonger avec une âme d’enfant dans cette BD hollywoodienne.

Les trois super-héros sont admirablement filmés au plus près, avec une caméra virevoltant autour d’eux au fur et à mesure de leurs exploits. Le plus extraordinaire est James McAvoy, le Mal, qui joue 23 rôles différents,étant successivement la Bête tueuse, un super-héros « ordinaire » et même une femme !. On le voit en jupe torturant cinq filles plus ou moins dévêtues et enfermées dans une usine désaffectée. C’est un acteur exceptionnel, nominé aux Oscars, auprès duquel Bruce Willis, le redresseur de torts, fait pâle figure. Le troisième, le Deus ex machina, est un noir encore plus déjanté que les deux premiers. C’est un homme aux os de verre qui vit dans un fauteuil roulant et a des pouvoirs spéciaux : il ouvre les portes, entre dans l’esprit des gens et les commande …

Le réalisateur se délecte à le filmer en gros plan et c’est réjouissant. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas lu de comics américains et Glass, distribué par Walt Disney, m'a bien amusé pendant deux heures. A consommer quand même avec modération !

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film