logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Quentin Tarantino. Photographie : Robert Richardson. Montage : Fred Raskin. Musique : Mary Ramos. Distribution France : Sony Pictures.

Avec :
Leonardo DiCaprio (Rick Dalton), Brad Pitt (Cliff Booth), Margot Robbie (Sharon Tate), Al Pacino (Marvin Schwartz).

Once Upon A Time ... In Hollywood

Etats-Unis d'Amérique, 2019, 165min.

Réalisation : Quentin Tarantino

Biographie :

Quentin Tarantino est né en 1963 dans le Tennessee. Après une enfance chaotique, il exerce beaucoup de petits boulots autour du cinéma et suit des cours d’art dramatique. Parmi ses réalisateurs préférés il cite Kurosawa et Sergio Leone. Once upon a time in Hollywood est son dixième long-métrage. Son premier est Reservoir dogs (1992), l’avant-dernier : Les huit salopards (2015).

Résumé :

Rick Dalton est un acteur sur le déclin. Il collabore depuis très longtemps avec Cliff Booth, son ami, sa doublure, son chauffeur et homme à tout faire. Ensemble ils doivent faire face aux changements de l’industrie du cinéma.

Analyse :

Ça c’est du cinéma ! Nous sommes à Hollywood, à la fin des années 1960 quand les grands studios brillaient encore, pour la dernière fois, de tous leurs feux. C’était avant la toute-puissance de la télévision, puis des séries, et Tarantino nous plonge dans son univers de cinéphile auquel nous croyons pendant 2 heures 40 parce que nous avons envie d’y croire. Quel plaisir de découvrir d’innombrables références à des films connus, même si nous en ratons sûrement beaucoup. La bagarre entre Bruce Lee et Cliff Booth est un régal, comme les réminiscences du propre film du réalisateur, Inglourious basterds, ou l’hommage à Sergio Corbucci, l’auteur de deux Django, les westerns de série B qu’ils soient américains ou italiens : tout cela est à déguster ! Même la chienne de Booth rappelle le chien de The artist de Hazanavicius. Tout cela est porté par deux formidables acteurs, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, qui manifestement se délectent à jouer leur personnage. Vers le milieu du film, Tarantino fait entrer en scène la réalité. En effet, dans la maison mitoyenne habitent Sharon Tate et son mari Roman Polanski, le réalisateur de ‘Rosemary’s fucking baby’,  comme dit à l’américaine Rick Dalton. Dans une scène époustouflante, Sharon Tate assiste à la projection d’un de ses films, The Wrecking Crew, dans lequel joue aussi Dean Martin, et elle mime toute l’action. La musique, la reconstitution de l’époque et la mise en scène sont parfaites. Tarantino manie la caméra avec le grand art dont il est coutumier : refus des effets spéciaux numériques, gros plans, montage alterné, vivacité dans l’enchaînement des séquences. Quand vous irez voir ce film, attendez les dernières images car, après le générique de fin, il y a un faux film de publicité pour une marque de cigarettes, joué par DiCaprio et qui vaut le détour !

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Emission Ciné qua non du 17 septembre 2019 (C. Bonnet et H. Lassale)
  • Un conte de fée… vraiment ? (P. Duprez)
  • Un bain bouillonnant de films (W. Verlaguet)
  • Emission Champ Contrechamp du 28 mai 2109 (J. Zucker, J. Champeaux, J. Wilkowski et M. Campana)
  • Chronique cannoise du 24 mai 2019 (J. Zucker, J. Champeaux, J. Wilkowski et M. Campana)
  • Once Upon a Time ...in Hollywood (C. Laroche Poupard)