logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Todd Phillipps – Scénario : Todd Phillips, Scott Silver  Montage : Jeff Groth  Images : Lawrence Sher – Musique : Hildur Guandottir- Décors : Mark Friedberg – Son : Tom Ozanich  Distribution : Warner Bros. France

Avec :
Joaquim Phoenix (Arthur Fleck), Robert De Niro (Murray Franklin), Zazie Beetz (Sophie Dumond), Frances Conroy (Penny Fleck), Brett Cullen (Thomas Wayne), Shea Whigham (Inspecteur Burke)

Joker

Etats-Unis d'Amérique, 2019, 118min.
Lion d'Or du meilleur film Festival Venise 2019

Réalisation : Todd Phillips

Biographie :

Né en 1970. Licencié de cinéma à l’Université de New York. Son premier long-métrage Road Trip date de 2000, déjanté, puis comédie délirante avec Back to School en 2001. C’est en 2009 qu’il obtient la consécration internationale avecVery Bad Trip. War Dogs en 2016 est une sévère critique de la société américaine. A La Mostra de Venise 2019, Joker obtient le Lion d’Or.

Résumé :

En 1981, à Gotham City, Arthur Fleck (Joaquim Phoenix transcendant) travaille dans une agence de clowns. Méprisé et incompris, il mène une vie en marge de la société, dans un immeuble miteux avec sa mère Penny. L’histoire est celle d ‘un homme sans identité qui lutte avec des moyens dérisoires. D’où la violence qui s’insinue partout, car Joker va peu à peu devenir le symbole de la résistance des paumés, des pauvres contre les riches. Mais l’accueil du public américain semble très divisé sur le sens à donner à ce film hors norme.

Analyse :

Un soir dans le métro trois hommes violentent une femme. Fleck intervient mais il se fait violemment agresser et tabasser. Muni d’une arme, il tue les trois hommes. Alors que son geste inspire et agite une partie de la population, Arthur souffre de troubles mentaux, qui s’expriment par de longs fous rires dans les moments les plus incongrus et insolites. Fleck/Joker a deux objectifs : devenir clown, un artiste reconnu et populaire, mais lors d’une émission publique, un talk show animé par Murray (De Niro), il est ridiculisé et chassé de la scène ! Son deuxième objectif est d’obtenir un entretien avec Thomas Wayne, car a il la preuve par une lettre de sa mère que Wayne est son vrai père ! Alors que règne un climat insurrectionnel dans Gotham City (saisissantes séquences d’émeutes où les gens sont tous habillés en clown, à la satisfaction de Joker au rire inextinguible), Joker recherche Wayne pour exiger qu’il reconnaisse qu’il l’a abandonné, et laissé sa mère vivre dans la misère et la maladie. Il paraît que la sortie du film aux Etats Unis a provoqué des protestations, des troubles violents. Comme s’il leur était insupportable, à un certain public, de voir le déchaînement de la violence, dans une société inégalitaire et injuste. On se rappelle le film de Cronenberg, Cosmopolis, présenté à Cannes en 2012, qui sur fond de crise financière et d’injustices sociales et politiques révélait la violence des rues, occupées par les pauvres, les sans-grades. Une fiction ou une prémonition des crises à venir (gilets jaunes). Que va faire Joker devant le mépris de l’homme immensément riche ? Ils sont trois dans la rue : Wayne, sa femme et Bruce Wayne, un garçon de 12 ans. Joker les poursuit avec son pistolet. Epargné, Bruce Wayne deviendra Batman…Vous saisissez ? 

Alain Le Goanvic

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 22 octobre 2019 (J. Lods, F. Lods, J. Champeaux et M. Campana)
  • Joker (W. Verlaguet)
  • Joker (A. Le Goanvic)