logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Robert Guédiguian – Scénario : Pierre Milon – Musique : Michel Petrossian – Montage : Bernard Sasia  Son : Laurent Lafran  Distribution : Diaphana Distribution

Avec :
Ariane Ascaride (Sylvie), Jean-Pierre Darroussin (Richard), Gérard Meylan (Daniel), Anaïs Dumoustier (Mathilda), Robinson Stévenin (Nicolas), Lola Naymark (Aurore), Grégoire Leprince-Ringuet (Bruno), Diouc Koma (Jackie)

Gloria mundi

France, 2019, 103min.

Réalisation : Robert Guédiguian

Biographie :

Né en 1953 à Marseille. Militant d’extrême gauche (PC), il se lance dans le cinéma avec Dernier été (1980), tourné comme les suivants avec les moyens du bord, jusqu’à Marius et Jeannette (1997), début de sa célébrité. Manier la caméra devient une sorte d’engagement social et politique. De cinéaste régional, il prendra progressivement sa place dans le cinéma français, de La ville est tranquille (2000) à Les neiges du Kilimandjaro (2011).Gloria Mundi remportera le Lion d’Argent à la Mostra de Venise en 2019 (prix interprétation féminine à Ariane Ascaride).

Résumé :

Une famille vit à Marseille dans la précarité. Daniel sort de prison, où il était incarcéré depuis de longues années. Sylvie, son ex-femme, remariée avec Richard, l’a prévenu qu’il était grand-père. Leur fille Mathilda vient de donner naissance à Gloria. La famille recomposée a du mal à s’en sortir. Sylvie est femme de ménage, Richard conducteur de bus. Ils ne peuvent pas aider les couples de jeunes : Mathilda et Aurore, avec leurs compagnons, Nicolas et Bruno. L’un est taxi « Uber », l’autre a créé un commerce d’objets de seconde main.

Analyse :

La force des films de Guédiguian consiste à ne jamais tomber dans le folklore marseillais. Ses histoires sont des mélodrames, montrant des hommes et des femmes qui font face aux difficultés de la vie, qu’elles soient financières, sociales, psychologiques. Sylvie est le personnage central, le pivot de la famille et s’efforce par sa présence chaleureuse de faire circuler une énergie positive. Mais les évènements accablent les jeunes couples : Nicolas se fait tabasser au volant de sa belle voiture, Mathilda galère comme vendeuse mal payée, et le couple Aurore-Bruno se grise devant le succès, pourtant fragile, de son commerce de réparations d’objets d’occasion, au point d’ouvrir un second magasin. Daniel, le vieux marseillais, erre dans les rues de sa ville, découvrant les grandes tours ultra-modernes mais constatant que l’état des rues est toujours déplorable. Daniel dégage toutefois une sorte de sagesse tranquille et pose sur la vie un regard bienveillant. Ravi de contempler sa petite-fille, il lui murmure des poèmes qu’il a écrits. Ses rapports avec le nouveau mari de Sylvie sont amicaux, sinon chaleureux. Et la relation avec son ex-femme est apaisée. Ce qui frappe dans la description de la vie de ce groupe humain dans la grisaille du quotidien, c’est la sensation de désenchantement. Plus de luttes sociales, d’engagement militant pour un monde meilleur ! Sylvie pour la première fois dans sa vie refuse de faire grève avec ses camarades du syndicat. On est loin des grandes envolées des premiers films. Déjà dans Les neiges du Kilimandjaro, Daroussin y incarnait un syndicaliste désabusé. Mais Daniel va se trouver au cœur d’un drame, provoqué par l’attitude cynique de Nicolas, et donner encore de sa personne, pour sauver ce qui est sauvable. Le titre complet du film est Sic transit gloria mundi (Ainsi passe la gloire du monde).Mais Marseille est filmée, comme jamais ! Mais Daniel va se trouver au cœur d’un drame, provoqué par l’attitude cynique de Nicolas, et donner encore de sa personne, pour sauver ce qui est sauvable. Le titre complet du film est Sic transit gloria mundi (Ainsi passe la gloire du monde).Mais Marseille est filmée, comme jamais !

Alain Le Goanvic

Autres articles sur ce film

  • Amour et famille (C. Bonnet)
  • Emission Ciné qua none du 17 décembre 2019 (C. Bonnet, H. Lassale et D. Nové-Josserand)
  • Emission Champ Contre champ du 24 décembre 2109 (J. Lods, F. Lods, J. Zucker et J. Champeaux)
  • Gloria mundi (W. Verlaguet)