logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario Grand Corps malade (GCM) et Mehdi Idir. Photographie : Antoine Monod. Montage : Laure Gardette. Décoration : Sylvie Olivé. Musique : Angelo Foley. Production : Mandarin Production, Kallouche Cinéma. Distribution : Gaumont Distribution.

Avec :
Zita Henrot (Samia), Liam Pierron (Yanis), Soufiane Guerrab (Messaoud), Moussa Mansaly (Moussa), Alban Ivanov (Dylan), Antoine Reinartz (Thierry Bouchard)

La vie scolaire

France, 2019, 111min.

Réalisation : Grand Corps Malade, Mehdi Idir

Biographie :

Fabien Marsaud (alias GCM), slameur et auteur-compositeur-interprète, et son complice Mehdi Idir travaillent ensemble depuis 15 ans et ce film est leur second long métrage après Patients, l’histoire largement autobiographique d’une renaissance en centre de rééducation au décours d’un grave accident. 

Résumé :

Ce deuxième film parle de la vie quotidienne durant une année dans un collège situé à Saint Denis, dans la ville natale du chanteur. Samia, jeune conseillère principale d’éducation (CPE) novice, débarque de son Ardèche natale dans ce collège difficile. Elle y découvre des problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale du quartier, mais aussi l'incroyable vitalité et l'humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants.

Analyse :

« La vie scolaire » est un terme qui désigne l’encadrement administratif des élèves dans un établissement scolaire. Ce titre apparemment rébarbatif et peu engageant permet ici de déployer toute l’ambiguïté de ses significations dans un contexte complexe -la banlieue-, avec un regard réaliste mais tonique qui prend pour centre de gravité le regard d’une CPE, Samia, à la croisée des chemins entre élèves, parents, professeurs et personnel administratif; et le destin de Yanis, un adolescent insolent mais intelligent qu’elle prend sous son aile. La crédibilité des différents personnages principaux, dont 3 sur 5 vivent dans la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis, comme tous les figurants, s’appuie sur les observations minutieuses des réalisateurs. Ceux-ci ont fait répéter toutes les scènes aux enfants, dans une classe, durant 15 jours pour les mettreen confiance et les valoriser. Entre humour et gravité le film avance sans temps morts, et montre avec nuance les défis quotidiens auxquels se heurtent le goût de la transmission chez les enseignants et le maintien du cadre éducatif dans l’équipe administrative. Au cours de sa première année la courageuse Samia, qu’incarne de façon très convaincante la talentueuse Zita Henrot, va se piquer au jeu, prendre bientôt plaisir à canaliser la fougue des élèves les plus perturbateurs et investir toute son énergie à détourner Yanis d'un échec scolaire annoncé. Sans aucune concession à la facilité et malgré les obstacles que rencontrent les professionnels de l’école dans ces ZEP (zones d’éducation prioritaire), il émane de ce film une bonne humeur, une solidarité humaine et un optimisme raisonné qui forcent l’admiration et redonnent espoir dans la mission éducative de l’école.

Jacques Agulhon et Jean-Michel Zucker,

Autres articles sur ce film