logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur Jay Roach Scénario : Charles Randolph - Photographie : Barry Ackroyd - Montage : Jon Poll - Musique : Theodore Shapiro - Distribution France : Metropolitan Filmexport.

Avec :
Charlize Theron (Megyn Kelly), Margot Robbie (Kayla Pospisil), Nicole Kidman (Gretchen Carlson), John Lithgow (Roger Ailes), Kate McKinnon (Jess Carr), Connie Britton (Beth Ailes), Malcolm Mc Dowell (Rupert Murdoch)

Scandale

Etats-Unis d'Amérique, 2020, 114min.

Réalisation : Jay Roach

Biographie :

Jay Roach, né en 1957 au Nouveau Mexique (USA), est un réalisateur, producteur, scénariste et chef opérateur étatsunien. Son premier succès de réalisateur est une parodie de James Bond, Austin Powers (1997). Sa filmographie compte notamment Mon beau-père et moi (2000) et plusieurs films sur la vie politique : Recount (2008), Game Change et Moi, député (2012), Dalton Trumbo (2015). Scandale a été nominé aux Oscars en janvier 2020.

Résumé :

Le film s’inspire de faits réels sur les accusations contre Roger Ailes, PDG et cofondateur avec Rupert Murdoch de la chaîne de télévision américaine en continu Fox News Channel, la plus regardée et la préférée des conservateurs. Plusieurs salariées vont tenter de briser la loi du silence en matière de harcèlement et abus sexuels. Elles auront gain de cause et Ailes sera démis de ses fonctions en 2016. Il mourra six mois plus tard.

Analyse :

Scandale nous plonge au cœur de Fox News, tel dans un thriller, dans les bureaux en open space où les journalistes s’activent, téléphonent et tapent, tout en s’épiant les uns les autres : des blondes aux longues jambes et jupes courtes, de vraies poupées Barbie et leurs confrères masculins blancs, tous bruns. Une fourmilière qui en impose et que dirige dans les étages de direction, et dans un contexte de forte concurrence, le tout-puissant Roger Ailes. Mais à l’été 2016, ce dernier entreprend de licencier Gretchen Carlson, ancienne favorite, et ce sera pour lui le début de la fin. Gretchen (Nicole Kidman), sans le savoir encore, sera une des premières femmes à avoir enclenché un mouvement contre le harcèlement sexuel, deux ans avant #metoo. A l’annonce de son action en justice, les événements s’enchaînent, le rythme s’accélère. Les pressions pour que Gretchen reste trop isolée pour gagner arrivent de toutes parts, notamment des femmes de ce milieu conservateur et chrétien. Très vite les regards se tournent vers la star de la chaîne, célèbre pour avoir tenu tête au candidat Donald Trump lors d’une interview retentissante en 2015, Megyn Kelly : d’une part la direction de Fox News attend qu’elle aille au secours de Roger Ailes, ce qui tarde, et de l’autre, dans la rédaction, les femmes sont bien placées pour savoir que pour avoir ainsi réussi sa carrière, elle a inévitablement accédé aux caprices sexuels du PDG. Jay Roach a ajouté le rôle de Kayla, nouvelle « favorite », ravie d’être à Fox News mais qui déchante après avoir subi une première humiliation dans le bureau de Ailes : éprouvante et révoltante, cette scène d’abus sexuel est l’une des meilleures séquences du film par sa finesse psychologique. Après beaucoup d’appréhension, Megyn et Kayla se jettent à l’eau et rejoignent Gretchen tandis qu’entrent en scène de nombreux avocats. Murdoch lâche aussitôt Ailes, aussi cruellement qu’il l’a toujours fait en cas de licenciement, tandis que la dignité retrouvée des salariées de Fox News s’affirme dans les bureaux par le port … du pantalon ! Parfois trop rapide pour que le spectateur non américain s’y retrouve parmi tous les personnages,Scandale dénonce avec efficacité des abus de pouvoir machistes et misogynes, longtemps étouffés par le silence. 

Françoise Wilkowski-Dehove

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 28 janvier 2020 (J. Zucker, J. Champeaux, J. Wilkowski et D. Besnard)