logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
RĂ©alisation et montage : Juan Solanas - Musique : Paula Moore - Production : Les films du sud - Distribution : Destiny films.

Femmes d’Argentine (Que sea ley) - Documentaire

Argentine, 2019, 85min.

RĂ©alisation : Juan Solanas

Biographie :

Après avoir Ă©tĂ© directeur de la photographie des films de son père Fernando, il reçoit pour son 1er court mĂ©trage L’homme sans tĂŞte, le prix du jury Ă  Cannes 2003 puis un CĂ©sar, et en 2005 Nordeste concourt pour la CamĂ©ra d’or. Après Uspside down (2012), film romantique de science-fiction, Que sea ley (Que cela soit lĂ©gal) est ce documentaire militant sorti en salle pour lJournĂ©e internationale des femmes.

Résumé :

En Argentine, oĂą l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est interdite, une femme meurt chaque semaine des suites d’un avortement clandestin. Pendant huit semaines, un projet de lĂ©galisation, enfin votĂ© par les dĂ©putĂ©s, a Ă©tĂ© âprement discutĂ© au SĂ©nat, mais aussi dans la rue oĂą des dizaines de milliers de militants ont manifestĂ© pour dĂ©fendre ce droit fondamental. 

Analyse :

L’Argentine est un pays oĂą 36% de la population et 48% des enfants vivent au-dessous du seuil de pauvretĂ©. En 2018 un collectif de femmes a prĂ©sentĂ©, pour la septième fois dans ce pays, un projet de loi en faveur de la lĂ©galisation de l’IVG, suscitant la formation Ă  la Chambre d’un groupe multipartite dĂ©cidĂ© Ă  soutenir cette initiative. Après un dĂ©bat historique de 24 heures, ce groupe rĂ©ussit Ă  le faire voter le 14 juin par les dĂ©putĂ©s argentins et Ă  l’envoyer au SĂ©nat ; mais le 9 aoĂ»t, par 38 voix contre 31, le SĂ©nat devait rejeter un projet de loi qui divise profondĂ©ment un pays oĂą l’influence de l’Eglise est prĂ©pondĂ©rante, tandis qu’au dehors des milliers de femmes agitaient un foulard vert symbolique en scandant «Que cela soit lĂ©gal». Le rĂ©alisateur de ce thriller politique et social, chaleureux et passionnant, sĂ©lectionnĂ© Ă  Cannes en sĂ©ance spĂ©ciale, n’a pas voulu ‘faire un tract ou un pamphlet’, mais simplement, dit-il, en plongeant au coeur de la lutte des femmes, ‘capter la rĂ©alitĂ© sans l’altĂ©rer’. Au terme d’un parcours de 4.000 kilomètres en voiture pour les rencontrer dans cinq provinces, il dresse un portrait de ces femmes fortes, unies et rĂ©silientes, qui se battent pour le droit de disposer de leur corps. Leurs tĂ©moignages alternent avec des dĂ©bats Ă  la Chambre et au SĂ©nat et des entretiens avec des responsables politiques, des prĂŞtres ou des mĂ©decins. Leurs paroles Ă©voquent crĂ»ment la frĂ©quence du cadre rĂ©pressif de l’avortement clandestin : brutalitĂ© de la police, violence du corps mĂ©dical, hypocrisie de l’Eglise. De plus, au-delĂ  de la place des femmes et de leurs droits en Argentine et en l’AmĂ©rique latine -oĂą les fĂ©ministes argentines et leur extraordinaire mobilisation ont fait naĂ®tre l’espoir d’une loi qui lĂ©galise enfin l’avortement-la remise en cause actuelle du droit Ă  l’avortement en Italie, en Espagne ou en Pologne est en revanche un signal inquiĂ©tant, Ă  l’heure ou Donald Trump a nommĂ© Ă  la Cour SuprĂŞme un juge anti-IVG.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film