logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur : Matteo Garrone - Scénario : Matteo Garrone et Massimo Cecherini, d’après l’œuvre de Carlo Collodi (1882) - Musique : Dario Marianelli - Montage : Marco Spoletini - Photographie : Nicolai Brüel.

Avec :
Roberto Benigni (Gepetto), Federico Ielapi (Pinocchio), Marine Vacth (La fée), Rocco Papaleo (Le Chat), Massimo Cecherini (Le Renard).

 

Pinocchio

Italie, 2020, 125min.

Ce film, qui devait sortir sur les écrans en mai 2020, a été racheté par Amazon Prime Vidéo et est donc visible uniquement sur cette plate-forme.

Réalisation : Matteo Garrone

Biographie :

Matteo Garrone, né en 1968, diplômé du lycée artistique de Rome en 1986, a d’abord réalisé des courts métrages avant son premier long, Terra di mezzo (1996). Il a obtenu deux fois le Grand Prix du jury de Cannes pourGomorra (2008) et Reality (2012). Ses deux films suivants, Tale of Tales (2016) et Dogman (2018) ont été récompensés en Italie par les David di Donatello.

Résumé :

Un pauvre menuisier, Gepetto, fabrique une marionnette en forme de petit garçon qui miraculeusement prend vie. Il l’appelle Pinocchio et on va suivre ses aventures. 

Analyse :

Il y a eu, depuis 1911, 23 adaptations du livre de Carlo Collodi, dont celle de Walt Disney en 1940 et celle de Roberto Benigni, (qui joue ici le rôle de Gepetto) en 2002. L’adaptation de Garrone suit fidèlement le livre et est particulièrement réussie car elle parvient, très justement, à se placer au niveau d’un jeune public. Les effets spéciaux et les personnages fantastiques sont traités comme dans un théâtre de marionnettes pour enfants: l’impressionnante baleine est, volontairement, en carton pâte et on voit distinctement un visage humain derrière ceux du Chat, du Renard, de l’Escargot, du Criquet, du Thon et, bien sûr, de la Fée. Le réalisateur filme sagement, dans des couleurs pastel qui mettent en valeur les très beaux paysages toscans, décors du film. De même la musique, toujours présente mais jamais envahissante, souligne l’action avec bonheur. On se laisse emporter, avec une âme d’enfant, dans les pérégrinations de ce mauvais garnement qu’est Pinocchio au début. Mais il va apprendre à être bon, après toutes ses mésaventures avec le montreur de marionnettes, les deux gredins - le Chat et le Renard - et le voleur d’enfants qui les transforme en ânes pour les vendre. Il y a aussi des personnages positifs : le Criquet, le Thon, la Fée qui participent au parcours initiatique de Pinocchio et lui permettent de devenir un vrai petit garçon. On voit aussi, avec beaucoup d’émotion, les passages bien connus du livre : la revente de l’abécédaire offert par Gepetto pour aller au théâtre, le nez qui s’allonge quand Pinocchio ment, l’instituteur sadique et les retrouvailles avec Gepetto dans le ventre de la baleine.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film