logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : John Sturges - Scénario : Borden Chase, d’après le livre de Frank Gruber - Photographie : Irving Glassberg - Musique : Herman Stein - Distribution : Universal.

Avec :
Richard Widmark (Jim Slater), Donna Reed (Karyl), John McIntire (Jim), Barton McLane (le sergent).

Coup de fouet en retour (Backlash)

Etats-Unis d'Amérique, 1954, 81min.

Réalisation : John Sturges

Biographie :

John Sturges (1910-1992) a débuté dans les studios de la RKO à l’âge de 20 ans. Après avoir réalisé Le signe du Bélier (1948), il se spécialise dans les films d’action en particulier les westerns : Les aventuriers du désert (1949), Fort Bravo (1953), Coup de fouet en retour (1956), Règlement de compte à OK Corral (1957), Le trésor du pendu (1958), Les sept mercenaires (1960). Notons aussi : Un homme est passé (1954), La grande évasion (1963), L’aigle s’est envolé (1976) son dernier film.

Résumé :

Jim Slater recherche son père qu’il n’a jamais connu et qui aurait été massacré par les indiens avec cinq autres compagnons alors qu’ils étaient en possession d’or extrait de leur mine. 

Analyse :

Le film débute par un long plan panoramique d’un cavalier, Jim Slater, dans le désert peuplé de grands cactus. Nous sommes bien dans un western comme Sturges nous a donné l’habitude d’en voir et nous aurons à savourer bien des situations classiques du genre. Jim Slater est pris pour cible par un tireur caché sur un empilement de rochers. Il va escalader ces rochers pour abattre son adversaire. Il y aura des saloons, des duels dans la rue, des indiens, de riches propriétaires terriens mais aussi une femme, très belle. Sturges nous montre aussi la réconciliation, après la guerre de Sécession, sur le dos des indiens, entre un sergent nordiste de l’US Cavalery et d’un ancien officier sudiste, un sujet cher à John Ford comme dans La charge héroïque. Tout cela ferait déjà un western au delà de la moyenne grâce à la précision de la mise en scène et à la valeur des deux principaux interprètes, Richard Widmark dans son rôle de cowboy un peu buté, obsédé par sa quête et la belle Donna Reed qui recherche aussi son mari disparu avec le père de Jim. Mais Sturges avec son célèbre scénariste, Borden Chase, fait rapidement évoluer le film vers une œuvre beaucoup plus fouillée et complexe, sujet à réflexion, et penchant peu à peu vers la tragédie. Nous sommes alors plongés dans un suspense que n’aurait pas renié Hitchcock. C’est bien ce mélange entre western et film à suspense qui fait toute la valeur de ce grand film, trop mal connu, de John Sturges.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film