logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : François Ozon, d'après le roman Dance on my grave (1982, La danse du coucou) d'Aidan Chambers - Directeur de la photographie : Hichamé Alaouié - Montage : Laure Gardette - Décors : Benoît Barouh - Costumes : Pascaline Chavanne - Musique : Jean-Benoît Dunckel - Distribution : Diaphana

Avec :
Félix Lefebvre (Alexis Robin), Benjamin Voisin (David Gorman), Philippine Velge (Kate), Valeria Bruni Tedeschi ( Mme Gorman), Melvil Poupaud (le professeur de littérature), Isabelle Nanty (Mme Robin).

été 85

France, 2020, 100min.

Réalisation : François Ozon

Biographie :

François Ozon, né en 1967, a réalisé de nombreux courts métrages et plus d’une vingtaine de films, aux thèmes variés. Sous le sable lui apporte la notoriété en 2001. Suivront notamment 8 femmes (2002), Swimming pool (thriller, 2003), Angel (2007, film en costumes), Jeune et Jolie (2008), Franz (2016), L’amant double (2017, érotique). Après Grâce à Dieu (Grand Prix de la Berlinale 2019), Eté 85 a le label Festival de Cannes 2020, qui ne s’est pas tenu).

Résumé :

A l'été 1985, Alexis, 16 ans, est pris dans un orage en mer alors qu’il fait du voilier mais il est heureusement secouru par le jeune David, 18 ans. Une forte amitié se noue et, pour Alexis, David apparaît comme l'ami de ses rêves.

Analyse :

L’adolescence, l’amour et l’homosexualité constituent les principaux thèmes de ce joli film, plein de pudeur qu’irriguent aussi le drame de la mort et la force de l’écriture. Tourné en grande partie au Tréport, une station balnéaire ouvrière de Normandie à la plage de galets, le film est réalisé en super 16, une pellicule au grain particulier qui convient bien à ce film d’époque, ce drame survenu il y a 35 ans. Le titre évoque bien sûr Un été 1942 (Robert Mulligan, 1971) qui lui aussi marquait la fin de l’adolescence et la découverte de la sexualité, à l‘ombre de la mort. Dans le film d’Ozon, l’histoire d’amour finit mal et le spectateur en est averti dès le début puisque Alex, dévasté par le chagrin, est convoqué pour être interrogé par la police après la mort de son ami. Une série de flashback éclairent peu à peu la relation érotique qui s’est nouée entre les deux jeunes au début de l’été, sur la mer et la plage, tandis qu’une éducatrice et le professeur de lettres d’Alex essaient de faire sortir ce dernier de son mutisme. Le jeune Felix Lefebvre incarne pudiquement le personnage d’Alex, avec son visage poupin et ses yeux francs tandis que Benjamin Voisin, plus grand, joue dans le registre machiste et arrogant, masquant un certain désespoir. Face à ce duo, deux figures féminines, bien travaillées : Valeria Bruni Tedeschi joue avec un naturel, parfois surprenant et offre un visage rayonnant où les larmes ne sont pas loin tandis que Philippine Velge est une charmante jeune Anglaise, pleine de vie. Les années 80 sont reconstituées avec soin et la musique d’alors nous séduit toujours comme cet envoûtant Sailing de Rod Stewart ou l’In beetween days de The Cure.

Françoise Wilkowski-Dehove

Autres articles sur ce film