logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateur : Sang-Ho Yeon. Scénario : Sang-Ho Yeon et Joo-Suk Park. Musique : Mowg. Photographie: Hyung-Deok Lee. Montage : Jin-Mo Yang. Distribution France : ARP Sélection.

Avec :
Dong-won Gang (Jong), Do-Yoon Kim (Cheol), Min-Jae Kim (Hwang), Gio-Hwan Koo (le capitaine).

Peninsula

République de Corée, 2020, 114min.

Réalisation : Sang-Ho Yeon

Biographie :

Song-Ho Yeon est né en 1978 à Séoul où il fera des études de peinture. Il commence sa carrière au cinéma par deux films d’animation King of pigs (2011) et The fake (2013). Dernier train pour Busan était à Cannes en 2016 et Peninsula a fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2020 (qui ne s’est pas tenu).

Résumé :

Quatre ans après Dernier train pour Busan, la péninsule coréenne est livrée aux zombis. Pour récupérer un trésor un petit groupe y est envoyé.

Analyse :

L’originalité de Dernier train pour Busan, un excellent film de zombis, était de s’intéresser avant tout aux humains. Dans Peninsula, nous sommes entourés de zombis (et même un peu trop !) qui sont toujours aussi sanguinolents mais, heureusement, stupides. La nouveauté vient du fait que nos héros, venus de Hong Kong, sont confrontés à deux groupes d’humains survivants. Le plus important des deux est dirigé par un militaire psychopathe, ce qui nous offre, entre autres, une scène remarquable, inspirée par les jeux du cirque romain : une poignée de pauvres diables fait face à une horde de zombis qui sont lâchés contre eux tandis que les spectateurs font des paris sur ceux qui arriveront à survivre ! Nous avons aussi de spectaculaires poursuites en voitures, agrémentées de nombreux dérapages contrôlés à travers les rues de Séoul encombrées de débris ; mais de telles scènes fourmillent dans les films d’action américains et Yeon nous avait habitués à plus d’originalité. L’autre groupe d’humains survivants, qui eux ont gardé leur humanité, est constitué d’une mère, de son beau-père et de ses deux fillettes. La plus jeune s’amuse avec une voiture télécommandée surmontée d’une torche électrique pour se jouer des zombis qui sont attirés par la lumière ! Tout le film est mené à un train d’enfer, sans grande vraisemblance, mais sans gâter un spectacle, somme toute fort distrayant.

 

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film