logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
alisation et scénario : Christopher Nolan. Photographie : Hoyte Van Hoytema. Montage : Jennifer Lame. Musique : Ludwig Göransson. Distribution France : Warner Bros.

Avec :
n David Washington (le protagoniste), Robert Pattinson (Neil), Elisabeth Debicki (Katherine), Keneth Branagh (Sator).

Tenet

Etats-Unis d'Amérique, 2020, 150min.

Réalisation : Christopher Nolan

Biographie : Christopher Nolan est né à Londres en 1970. Il s’exerce à la réalisation en super 8 dès l’âge de 7 ans ! Il réalise son premier long métrage Following en 1998. Suivra Memento en 2000 qui sera un grand succès. Puis nous aurons la série des Batman, Inception (2010), Dunkerque (2017, Oscar du meilleur réalisateur).

Résumé :

Décidé à se battre pour sauver le monde, notre protagoniste sillonne l'univers crépusculaire de l'espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse le temps. Pourtant, il ne s'agit pas d'un voyage dans le temps, mais d'un renversement temporel.

Analyse :

Comme des papillons attirés par la flamme ou bien cédant à la publicité et à certaines critiques élogieuses, nous sommes allés voir le dernier blockbuster de Nolan… et nous en sommes sortis, comme le corbeau de la fable, en jurant qu’on ne nous y reprendrait plus ! Deux heures et demie de bruit et de fureur, sans comprendre de quoi le réalisateur parle, c’est difficilement supportable. L'action se passe dans le temps présent et, au même moment, dans un temps « inversé » où les balles rentrent dans le révolver au lieu d’en sortir ! Tout cela est enveloppé dans un fatras pseudo-scientifique qui ferait sourire un collégien. Le Grand méchant, Sator, un oligarque russe, ne veut pas que le monde survive à sa mort et, ainsi que Goldfinger, veut user, entre autres, de l’arme nucléaire. Le parallèle avec la série des James Bond est facile mais ce film-ci manque cruellement de l’humour et de l’ironie qui caractérisaient ceux-là. Pour contrebalancer les scènes de violence, Nolan introduit un personnage féminin, l’ex-femme de Sator, qui lutte pour garder la garde de son fils. C’est accessoirement une antiquaire trafiquante de faux Goya ! Le héros du film, interprété par le très bon John David Washington, prend bien sûr sa défense ce qui complique encore un peu plus l’intrigue. Si au bout d’une heure on n'a pas déserté la salle, le mieux à faire est d’abandonner l’idée de comprendre l’action et de se divertir en regardant les scènes de violence, avec ou sans effets spéciaux, entre espions de tout poil, militaires, gardes du corps ou encore miliciens. Celles-ci sont indiscutablement bien faites, le réalisateur connaît son métier et le temps passe bien dans la débauche d’actions. En conclusion, si vous avez un autre film à voir, allez-y.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film