logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Maura Delpero ; Image : Soledad Rodriguez ; Montage : Ilaria Fraioli ; Son : Vincenzo Urcelli ; Distribution France : Memento Films Distribution.

Avec :
Lidiya Liberman (Sœur Paola), Denise Carrizo (Fatima), Agustina Malale (Luciana), Isabella Cilia (Nina).

Maternal

Réalisation :

Biographie :

A 40 ans, Maura Delpero, née à Bolzano (Italie), n'avait réalisé jusqu'ici que des documentaires. Après des études de lettres, elle se rend à Buenos Aires comme assistante-réalisatrice, puis réalise elle-même ses films. Elle a été nominée pour un David de Donatello pour Nadea and Sveta (2012) sur deux femmes migrantes. Maternal est son premier long-métrage de fiction.

Résumé :

A Buenos Aires, deux adolescentes résident dans un foyer pour jeunes mères, où une novice italienne vient d'arriver pour seconder les nonnes, la plupart très âgées, qui les dirigent. C'est alors une confrontation plus ou moins sourde entre trois générations qui ont des perspectives de vie inconciliables. Un choc des cultures et des émotions dans un lieu clos !

Analyse :

L'avortement est interdit en Argentine, les adolescentes enceintes sont prises en charge dans des foyers dès leur grossesse lorsque leur famille les rejette. Pendant quatre ans Maura Delpero a enseigné le cinéma dans ces établissements et a pu ainsi côtoyer les jeunes mères. Un documentaire n'aurait pas convenu à ce cas délicat à traiter, elle s'est donc lancée dans un film de fiction qui lui permet de fusionner ses expériences.

Les foyers tenus par des religieuses exigent, en échange du gîte et du couvert, l'éducation religieuse des rejetons (les sœurs renoncent avec clairvoyance à y inclure les mères), et la soumission à des règles de bon comportement dans leur société (soumission difficile à obtenir) en espérant le soin maternel et l'amour en plus...

Les comportements des adolescentes ne sont pas toujours adaptés et les enfants en pâtissent. Un enfant peut être élevé comme il convient mais sans amour, en particulier lorsqu'il provient d'une violence, ou aimé mais négligé par l'inconscience d'une mère immature qui joue à la poupée. Le film explore ces deux cas avec un réalisme qui fait frémir. Les religieuses, de leur côté, croient bien faire en racontant aux enfants ce qui, pour elles qui n'ont plus de 'famille' depuis longtemps, est une 'famille normale', père, mère et enfant. Elles prennent paradoxalement pour exemple des images de la Nativité. Ses engagements lui interdisant la maternité, la novice Sœur Paola, se prend d'affection pour une petite fille, délaissée périodiquement par une mère inconstante, et s'enfonce dans l'illusion de remplacer celle-ci. La réalisatrice insiste sur l'aspect multiple du regard sur la maternité : il n'y a pas de « modèle unique et dominant » mais plutôt des points de vue divergents qui s'affrontent dans ce film et se modifient.

Le personnage de la novice est interprété par Lidiya Liberman, une actrice professionnelle qui a su en rendre la délicatesse des émotions. L'une des interprètes non professionnelles des adolescentes a été, enfant, élevée dans un tel foyer, et s'y retrouve maintenant en qualité de mère.

« Je ne voulais pas faire un film ouvertement politique. Et pourtant, ça l’est, même indirectement... Il s’agit de choisir là où vous placez l’accent et le niveau de dignité que vous décidez de donner à vos personnages... [Chacun peut] le lire entre les lignes.» précise la réalisatrice.

Nicole Vercueil

Autres articles sur ce film