logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :

Réalisation : Louis Malle - scénario : John Guare - photographie : Richard Ciupka - montage : Suzanne Baron - son : Jean-Claude Laureux - musique : Michel Legrand - distribution France : NEF puis Gaumont.

 

Avec :

Susan Sarandon (Sally Matthews), Burt Lancaster (Lou Pascal), Kate Reid (Grace Pinza), Michel Piccoli (Joseph), Robert Joy (Dave Matthews), Hollis MacLaren (Chrissie).

 

Atlantc City

Canada, 1980, 104min.

Réalisation : Louis Malle

Biographie :

Louis Malle, (1932-1995) débute comme coréalisateur du film Le monde du silence, Palme d’or à Cannes en 1956 et Oscar du meilleur documentaire. Son œuvre, reflet de sa curiosité, de son intégrité et de son audace, aborde des sujets variés, sans craindre la polémique et avec le souci constant de se renouveler. Il tourne des fictions et des documentaires, parmi lesquels : Ascenseur pour l’échafaud, Le feu follet, Zazie dans le métro, Viva Maria, Calcutta, Le souffle au cœur, Lacombe Lucien, La petite, Atlantic City, Au revoir les enfants.

Résumé :

Serveuse dans un casino, Sally rêve de devenir croupière en France. Son mari, Dave, qui vit maintenant avec la sœur de Sally, débarque chez elle et cherche à vendre la drogue qu’il a volée. Il demande à Lou, voisin de Sally, petit truand à la retraite, de l’aider. Mais Dave est abattu et Lou, en possession de la drogue, richesse inattendue, va pouvoir enfin réaliser ses rêves et rencontrer Sally, qu’il admire en secret.

Analyse :

Atlantic City est, à l’époque du film, une station balnéaire en plein renouveau après une longue période de déclin. Les jeux d’argent viennent d’y être légalisés et tout un ensemble de casinos et d’hôtels sortent de terre. Avec son sens exceptionnel du documentaire, Louis Malle capte l’âme de cette ville en quête de l’American dream par de fortes images de démolition, de chantiers, d’immeubles délabrés et de quartiers pauvres et porte sur ses habitants un regard plein d’ironie et de tendresse.

La première scène du film est inoubliable : Sally passe des citrons coupés sur son buste et, dans l’ombre, son voisin Lou la regarde. Cette scène est reprise deux fois dans le film et accompagne l’évolution des personnages.

Burt Lancaster, magnifique, donne vie à Lou, pauvre bookmaker de 70 ans, gangster raté, qui devient grâce à l’argent de la drogue, l’amoureux de Sally et le truand qu’il a toujours rêvé d’être. Susan Sarandon, rayonnante, donne vie à Sally qui poursuit son rêve de devenir croupière à tout prix.

Louis Malle filme leur improbable rencontre et leur inéluctable séparation avec beaucoup d’humanité et les personnages sont très touchants malgré leur amoralité.

En 1980, ce film a obtenu le Lion d’or à la Mostra de Venise et 5 nominations aux Oscars.

 

Dominique Besnard

Autres articles sur ce film

  • Atlantic City, le rêve américain Dominique Besnard et Marcel Besnard,
  • Une journée Louis Malle Marie-Jeanne Campana