logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Samuel Theis. Scénario : Gaëlle Macé et Samuel Theis. Photographie : Jacques Girault. Distribution : Ad Vitam.

Avec :
Aliocha Reinert (Johnny), Antoine Reinartz, Melissa Onexa (la mère), Izia Higelin (Nora).

Petite nature

France, 2021, 93min.

Cannes 2021, Semaine de la Critique

Réalisation : Samuel Theis

Biographie :

Samuel Theis est né en Lorraine en 1976. Après des études de théâtre, il est acteur et collabore aussi à la mise en scène. Son premier long métrage, Party girl, remporte la Caméra d’or à Cannes en 2014. Petite nature était présent à Cannes 2021 à la Semaine de la critique.

Résumé :

Johnny a dix ans. Il vit à Forbach dans un HLM avec sa mère, son frère et sa petite sœur. Il a du mal à se situer par rapport aux adultes et va être fasciné par son maître de CM2.

Analyse :

Dès la première scène, Johnny, yeux bleus et longs cheveux blonds, étreint son père qui quitte sa famille et dont l’absence va le traumatiser. Ce n’est pas un gamin heureux, confronté qu’il est à des responsabilités qui ne sont pas de son âge. On ne le voit pas rire avec ses copains ou jouer au foot mais faire manger ou baigner sa petite sœur. Quant à sa mère, il doit s’en charger quand elle rentre ivre morte, et il fait aussi le café pour son amant d’un soir. Pas étonnant qu’il soit attiré par M. Adamski, son instituteur, fraîchement débarqué et convaincu des bienfaits de l’école républicaine, et qui a vite repéré cet élève à part. Il l’initie à l’art en l’emmenant au Centre Pompidou de Metz où sa femme travaille. De même, dans une très belle scène, il le choisit comme cobaye pour apprendre à la classe à prendre son pouls. Jamais rien de scabreux dans ses séquences filmées avec beaucoup de pudeur. Le jeune garçon sensible et en quête d’un modèle masculin croit tomber amoureux de son maître. Le réalisateur filme à hauteur d’enfant comme Truffaut l’avait fait pour Les quatre cents coups et, récemment, Branagh dans Belfast. Aliocha Reinert est prodigieux dans ce rôle de gamin bien décidé à s’émanciper et qui, avec un air buté et un sourire aux coins des lèvres, cherche, maladroitement,1 sa voie. Même si le film ne le dit pas explicitement, on veut croire que l’avenir sourira à cet étonnant garçon.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Emission Ciné qua non du 15 mars 2022 Arielle Domon et Claude Bonnet, Guylène Dubois,
  • Emission Champ Contrechamp du 22 mars 2022 Jean Lods et Françoise Lods, Jacques Champeaux, Marie-Jeanne Campana,
  • Petite nature Catherine Oubrayrie