logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisateurs : Stéphane et David Foenkinos, d’après le film de l’Australien Josh Lawson, If you love me (2014). Directeur de la photo : Alexis Kavyrchine. Montage : Dorian Rigal-Ansous. Compositeurs : Julien Grunberg et Paul-Marie Barbier. Distributeur France : Gaumont.

Avec :
Denis Podalydès (Vincent), Carole Bouquet (Marie), Monica Bellucci (Sabrina), Karin Viard (Lili), Jean-Paul Rouve (Jérémy), Céline Salette (Lisa), Ramzy Bedia (Jean), Joséphine Japy (Claire), Marie-Julie Baup (Alice Taglioni (Sophie), Joséphine de Meaux (Mélanie), Nicolas Bedos (Romain), William Lebghil (Will), Suzanne Clément (Louise).

Les fantasmes

France, 2021, 101min.

Réalisation : David Foenkinos, Stéphane Foenkinos

Biographie :

Stéphane Foenkinos, né en 1969 est un directeur de castings, scénariste et réalisateur français. David, né en 1974, est romancier, scénariste et réalisateur. En 2011, les deux frères ont coréalisé La délicatesse, tiré du roman éponyme de David et en 2017 Jalouse.

Résumé :

Les fantasmes est un film en six épisodes qui s’enchaînent sur le thème du désir sexuel, de l’accès au plaisir et des fantasmes : du jeu de rôle à l’abstinence, en passant par l’attirance pour les larmes, pour la sœur de son partenaire (sorophilie), ou pour l’exhibitionnisme sur internet, etc.

Analyse :

Les frères Foenkinos nous offre un agréable divertissement, sans juger ni condamner les pulsions de leurs personnages, en six courts scénarios bien écrits et parfaitement joués par les acteurs qui ont dû pourtant tourner pendant les rigueurs du confinement et des gestes barrière. Pour continuer de plaire à sa femme malgré leurs 19 ans de mariage, Vincent (Denis Podalydès) décide de s’incarner en d’autres métiers que le sien, en uniformes bien sûr. De leur côté, Marie (Carole Bouquet) et Sabrina (Monica Bellucci) sont un couple de lesbiennes thanatophiles qui s’épanouissent dans les unités de soins palliatifs. Les autres fantasmes, toujours légers sont mis en scène sans aucune vulgarité. Le visage inondé de larmes de Romain (Nicolas Bedos) excite particulièrement sa femme dacryphile. Dans le dernier sketch, un message vidéo envoyé par erreur par Jérémy (Jean-Paul Rouve), adepte de l’autagonistophilie (c’est-à-dire excité d’être regardé en faisant l’amour), met son épouse, professeur des écoles (Karin Viard) dans un grand embarras. Un film à sketches tranquille, jamais méchant et qui ne tombe pas dans l’écueil de vouloir dénoncer ou démontrer quelque thèse. Une comédie réjouissante.

Françoise Wilkowski-Dehove

Autres articles sur ce film