logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Cédric Jimenez. Scénario : Cédric Jimenez et Audrey Diwan. Photographie : Laurent Tanguy. Montage : Simon Jacquet. Distribution France : Studio Canal.

Avec :
Gilles Lellouche (Greg), François Civil (Antoine), Karim Leklou (Yass), Adèle Exarchopoulos (Nora), Kensa Fortas (Amel).

BAC Nord

France, 2021, 104min.

Réalisation : Cedric Jimenez

Biographie :

Cédric Jimenez est né à Marseille en 1976. Un long séjour à New-York puis retour en France où il est scénariste de Scorpion (2007). Son premier long métrage est Aux yeux de tous (2012). Suivront La french (2014) qui se passe à Marseille, puis HHH (2017). BAC Nord a été présenté hors compétition à Cannes en 2021.

Résumé :

Les policiers de la BAC Nord ont en charge les quartiers nord de Marseille qui détiennent un triste record : celui d’être la zone où le taux de criminalité est le plus élevé de France. Pour améliorer leurs résultats, les flics adaptent leurs méthodes aux difficultés de leur combat contre les dealers, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu'au jour où le système judiciaire se retourne contre eux. Ce film est tiré de faits réels.

Analyse :

Comme dans Les misérables de Ladj Ly, ce film analyse les relations ambiguës entre les policiers de la brigade anti criminalité (BAC) et la population des quartiers parfois décrits comme des ‘territoires perdus de la république ‘. Les deux films sont des documentaires fascinants sur un monde inconnu du plus grand nombre ; dans BAC Nord, le réalisateur n’épouse que le regard des policiers. Il montre parfaitement bien le mal être de ces trois hommes devant la violence et le mépris des voyous qui tiennent les quartiers, l’argent facile du trafic de drogue mais aussi l’incompréhension de leur hiérarchie qui ne pense qu’à l’amélioration des résultats. Ainsi, pour les chefs de la BAC, il est parfaitement équivalent d’arrêter un dealer ou d’interpeller un vendeur illégal de tortues. Le but du film n’est pas de sortir de la salle en se disant pro ou anti flic, mais de prendre conscience de la difficulté du travail des policiers dans ces conditions. Jimenez ne prend pas position, il nous montre juste ce qui se passe dans une ville dont il est originaire et qu’il connaît bien. Le film est porté d’une façon magistrale par ses trois acteurs principaux et en particulier Gilles Lelouch, crâne rasé et diamant à l’oreille, qui nous montre avec brio le déchirement permanent qu’il a à vivre entre ses supérieurs, les indics et les criminels, le tout avec des moyens dérisoires. Adèle Exarchopoulos est elle aussi très bonne dans un rôle de policière, inhabituel pour elle. Jimenez, qui a vécu longtemps aux Etats-Unis, a réalisé un film d’action digne de ceux de Martin Scorcese ou de Don Siegel avec un montage très rapide et des scènes d’action époustouflantes comme celle qui ouvre le film ou l’assaut de l’immeuble où sont réfugiés les dealers. Du grand cinéma !

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film